Le CSA réfute un déséquilibre entre les temps de parole des différents partis

MEDIAS Les Républicains et le PS ont protesté contre l’invitation de Marine Le Pen sur France 2 ce jeudi…

A.Ch. avec AFP

— 

Le CSA, illustration
Le CSA, illustration — Stephane de Sakutin AFP

Il  n’y a pas de « déséquilibre majeur » entre les différents partis, assure le CSA. Après les protestations des Républicains et du PS, dénonçant un temps de parole trop important pour le Front national à la suite de l’invitation de Marine Le Pen à l’émission Des paroles et des actes (DPDA) sur France 2 ce jeudi, le CSA a montré patte blanche.

« Globalement, média par média, nous n'avons pas constaté au cours de l'année de déséquilibre majeur » qui « justifie une intervention de notre part », a déclaré Francine Mariani-Ducray sur Radio Classique. « Dans les jours qui précèdent la période électorale, il ne faut pas que des déséquilibres particuliers surgissent avec une mise en valeur excessive de telle ou telle personnalité très impliquée dans la campagne », a-t-elle cependant souligné.

Les courriers de protestation instruits « le plus rapidement possible »

Le CSA a appelé mercredi les télévisions qui reçoivent des personnalités politiques impliquées dans la campagne des régionales à donner rapidement la parole à leurs concurrents, après avoir été saisi mercredi par Pierre de Saintignon, rival socialiste de Marine Le Pen à l'élection régionale en Nord-Pas de Calais-Picardie. Son adversaire Les Républicains, Xavier Bertrand, a également protesté et les patrons respectifs des deux formations, Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Cambadélis, ont à leur tour écrit au CSA.

Interrogée sur ces courriers, Francine Mariani-Ducray a affirmé que l'autorité de régulation allait « les instruire le plus rapidement possible ». France Télévision a finalement annoncé jeudi inviter Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon pour un débat avec la dirigeante FN en deuxième partie d'émission. Le candidat socialiste doit se prononcer dans la matinée.