Le Pen sur France 2: Sarkozy et Cambadélis protestent ensemble auprès du CSA

MEDIA Nicolas Sarkozy a téléphoné à jean-Christophe Cambadélis...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen le 2 octobre 2015 à Calais
Marine Le Pen le 2 octobre 2015 à Calais — PHILIPPE HUGUEN AFP

Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Cambadélis ont haussé le ton en critiquant à l'unisson l'invitation de Marine Le Pen jeudi à Des Paroles et des Actes sur France 2, à un mois et demi des régionales, et en envoyant chacun au CSA et à la chaîne une lettre de protestation.

Depuis la révélation de l'invitation de celle qui est bien placée pour l'élection régionale en Nord-Pas de Calais-Picardie des 6 et 13 décembre, ces adversaires font tomber une pluie de critiques sur France 2 et interpellent le gendarme de l'audiovisuel.

Deux lettres, et non une conjointe

Après Xavier Bertrand, rival «Les Républicains» de Le Pen qui s'est indigné vendredi de ne pas avoir été invité pour lui porter la contradiction, après Pierre de Saintignon, son adversaire PS qui a saisi «en urgence» le CSA le même jour «pour non-respect du temps de parole» -sans cibler spécifiquement l'émission de la télévision publique-, ce sont les patrons respectifs des Républicains et du PS qui ont écrit au CSA.

Le premier secrétaire PS avait proposé à son homologue des Républicains de saisir de concert le CSA pour protester contre cette cinquième invitation sur 36 émissions de DPDA. Sarkozy a finalement téléphoné à Cambadélis.

Dans l'entourage de l'ancien président de la République, on indique que Sarkozy et Cambadélis «partagent la même analyse concernant cette affaire, c'est une violation manifeste de la règle républicaine de l'équité du temps de parole». Mais ce seront finalement deux lettres, et non une conjointe, qui seront adressées au CSA et à France 2.

Le FN se réjouit de cette initiative

L'initiative a réjoui le FN, qui accuse perpétuellement le PS et les «Républicains» de collusion: «Cambadélis veut s'allier à Sarkozy devant le CSA. Ils le font déjà aux élections», a raillé Louis Aliot, vice-président du FN sur Twitter.

Le CSA a appelé mercredi les télévisions qui reçoivent des personnalités politiques «fortement impliquées» dans la campagne des régionales à donner «dès à présent» la parole à leurs concurrents, dans un communiqué publié à la veille de DPDA.