Conférence sociale: Les 5 annonces de François Hollande

EMPLOI Le Président a ouvert la 4e conférence sociale de son mandat lundi matin...

O. G. avec AFP

— 

Francois Hollande a ouvert avec un discours la conférence sociale de 2015 lundi 19 octobre 2015.
Francois Hollande a ouvert avec un discours la conférence sociale de 2015 lundi 19 octobre 2015. — AFP

Se posant en rassembleur et taclant au passage la CGT comme la droite, le Président a ouvert la 4e conférence sociale de son mandat. 20 Minutes fait le tour des projets et réponses apportées par le Président.

Dialogue social plutôt que politique de la chaise vide

Dans un contexte très tendu, entre le bras de fer à Air France et l’absence de la CGT de cette conférence sociale, François Hollande s’est posé en rassembleur pour ouvrir ce lundi matin la conférence sociale. Il a vanté le dialogue social comme « une condition du progrès » pour « faire avancer la France », taclant au passage, sans les citer, la CGT mais aussi la droite. « Il est commode de ne jamais s’engager à signer le moindre accord en espérant que d’autres le feront à leur place, tout en dénonçant les insuffisances du dialogue social », a dénoncé le chef de l’Etat, à l’adresse de Philippe Martinez patron de la CGT. Mais le chef de l’Etat s’en est pris aussi à ceux qui pourraient considérer « qu’il faut en finir avec les partenaires sociaux, les corps intermédiaires, le paritarisme et nous en remettre aux rapports de force, à la confrontation ». Il est tentant, pour certains (…) de considérer le paritarisme comme une vieille lune «, a-t-il dit. Et il s’est posé en rassembleur : « Ce que j’attends des organisations syndicales, ce n’est pas de la politesse, c’est de l’engagement pour le dialogue », a dit le président qui plaide pour une « société apaisée ». « Qu’on ne compte pas sur moi pour discréditer le combat syndical », a-t-il lancé, se disant réservé sur les référendums en entreprise, désapprouvés par les syndicats mais défendus par une partie de la droite.

Boycott de la conférence sociale : A quoi joue la CGT ?

Selon François Hollande, « le statu quo n’est plus possible ». « L’alternative, c’est la réforme ou la rupture. La rénovation du modèle social ou sa disparition ». Estimant que « jamais les sujets de négociations n’ont été aussi nombreux », il a estimé possible d'« anticiper sur les mouvements du numérique sans faire disparaître les droits essentiels de protection du salarié ».

Faire évoluer le droit du travail… mais à certaines conditions

Pas question par exemple de toucher aux 35 heures. Certes, un projet de loi sur le Travail sera présenté par la ministre du Travail, Myriam El Khomri début 2016. Mais le Président l’a assuré dès l’ouverture de la 4e conférence sociale de son quinquennat ce lundi matin : la réforme du Code travail ne touchera ni à la durée légale, ni au Smic, ni au contrat de travail, en ouvrant la 4e conférence sociale de son quinquennat.

Des formations pour les chômeurs

Le président François Hollande a annoncé le renouvellement en 2016 d’un plan de formations prioritaires à destination de 150.000 chômeurs. Cent mille formations prioritaires ont été réalisées en 2015 « avec succès », puisque « 60 % de ces formations ont débouché sur un emploi », a rappelé François Hollande à l’issue de sa rencontre à huis clos avec quatre syndicats et le patronat au Palais d’Iéna. « Ce potentiel sera porté l’an prochain à 150.000, et encore davantage tourné vers les chômeurs de longue durée, les seniors et vers les jeunes », a annoncé le président de la République, pour qui le taux de chômage est « insupportable ».

Accompagner les jeunes vers l’emploi

La garantie jeunes, dispositif d’accompagnement des jeunes décrocheurs vers l’emploi, sera étendue à tous les territoires volontaires « dès mars 2016 », a également annoncé lundi François Hollande. "Dans le cadre de sa montée en charge, la garantie jeunes offrira 100.000 places en 2017 et sera étendue à l’ensemble des territoires volontaires dès mars 2016, c’est-à-dire, je l’espère, à la totalité du territoire » Expérimenté depuis septembre 2013 dans dix territoires pilotes, ce dispositif destiné aux jeunes décrocheurs offre à des jeunes de 18-25 ans sans emploi ni formation un accompagnement renforcé vers l’emploi, des périodes en entreprise et une allocation mensuelle de 450 euros. La durée d’un an peut être prolongée de 6 mois au cas par cas. L’objectif est de 50.000 jeunes fin 2015 et 100.000 en 2017.

Semaine à 32 heures, entreprises pédagogues : Comment les syndicats pensent relancer l’emploi

L’avenir de Le Drian

Restera, restera pas ? Alors que le ministre de la Défense est tête de liste pour les élections régionales de décembre en Bretagne, le Président s’est montré très clair. Son ministre quittera le gouvernement en cas d’élection à la tête de la région Bretagne, en vertu de la « règle » du « non-cumul ». Mais pas avant… « Jean-Yves Le Drian est un très bon ministre de la Défense. Et il m’a accompagné dans des décisions très difficiles que j’ai eues à prendre, sur le Mali, la Centrafrique, l’Irak, la Syrie aujourd’hui. Il est candidat pour les élections régionales et je l’ai autorisé à pouvoir être candidat et être ministre de la Défense et il assumera parfaitement cette tâche. Ensuite, s’il est élu, il connaît parfaitement la règle. La règle, je l’ai posée : c’est celle du non-cumul », a déclaré le chef de l’Etat sur RTL lundi matin.