Jack Lang, qui jeudi soir réservait encore sa réponse à l'offre de Nicolas Sarkozy de participer à une commission, a lancé un nouveau pavé dans la mare en réclamant la démission "collective" de la direction du PS, qui parle du geste d'un homme "isolé".
Jack Lang, qui jeudi soir réservait encore sa réponse à l'offre de Nicolas Sarkozy de participer à une commission, a lancé un nouveau pavé dans la mare en réclamant la démission "collective" de la direction du PS, qui parle du geste d'un homme "isolé". — Miguel Medina AFP

POLITIQUE

Jack Lang souhaite la suppression du Premier ministre

L’ex-ministre socialiste estime que ce poste entretient la confusion...

Après François Fillon lui-même, c’est au tour de Jack Lang de préconiser la suppression du poste de Premier ministre. L’ex-ministre socialiste, qui va siéger dans le Comité de réforme des institutions, a estimé dans une interview au «Parisien» daté de mercredi, que «l'existence d'un Premier ministre ne se justifie que dans les régimes purement parlementaires. Dans notre système, elle entretient la confusion».

Le Président en prend aussi pour son grade. Selon Jack Lang, le fait que ce dernier s'exprime devant l'Assemblée nationale, comme le souhaite Nicolas Sarkozy, est «un sujet secondaire». L’ancien ministre de la culture s’est également dit partisan de la réduction des mandats du chef de l’Etat «à deux mandats successifs, comme aux Etats-Unis». Il défend également «le mandat unique» pour les parlementaires.

Jack Lang plaide aussi pour «un vrai Parlement maître de son ordre du jour» et «libéré des entraves sur son droit d'amendement». Il est aussi favorable à la suppression de l'article 49/3, qui permet au gouvernement d'engager sa responsabilité sur un texte, «sauf pour les lois financières». Il prône, enfin, à une «démocratisation» du Sénat.