Estrosi énervé contre Canteloup après une blague sur les intempéries sur la Côte d'Azur:

RADIO Sur Europe 1, ce mercredi, l'imitateur a fait de l'humour au sujet de Nadine Morano en faisant référence aux inondations...

F.R.

— 

Christian Estrosi, le député-maire de Nice, lors du lancement de sa campagne pour les régionales en Paca, à Nice, le 4 septembre 2015.
Christian Estrosi, le député-maire de Nice, lors du lancement de sa campagne pour les régionales en Paca, à Nice, le 4 septembre 2015. — SIPA

« [Le] cerveau [de Nadine Morano] a été tout inondé. Il n’était pas étanche, il a pris l’eau. Visiblement, c’est que de la flotte à l’intérieur. Vu les litres qu’il y a, on va avoir droit à une grosse indemnité. »

En imitant la voix de Nicolas Sarkozy, Nicolas Canteloup a voulu faire de l’humour, ce mercredi matin sur Europe 1 en mêlant deux sujets d’actualité. A savoir, les intempéries mortelles qui ont frappé la Côte d’Azur ce week-end et la commission d’investiture du parti Les Républicains qui se réunit ce mercredi pour décider de retirer ou non l’investiture de Nadine Morano aux régionales après ses propos sur la « race blanche ».

S’il y en a un que la blagounette n’a pas du tout fait rire, c’est bien Christian Estrosi (Les Républicains). Le député-maire de Nice (Alpes-Maritimes), interviewé par Jean-Pierre Elkabbach juste après, a réagi : « Lorsque Canteloup plaisante (…)  sur les intempéries, je veux simplement dire qu’il y a des moments où, même si je l’apprécie, ça nécessite un peu de réserve. Il y a plus d’une vingtaine de morts et de disparus, j’ai de la compassion pour eux, j’ai mes pensées qui se tournent vers leurs familles. »

« Votre pique était un peu injuste »

A l’issue de l’entretien, le journaliste Thomas Sotto intervient pour défendre l’imitateur : « Nicolas s’amuse de la politique, c’est son job. Mais il a exprimé dès lundi sa solidarité à l’égard des sinistrés avec la générosité et le cœur qu’on lui connaît. » Ce à quoi Christian Estrosi rétorque : « J’ai été un peu blessé ». « Votre pique contre Nicolas [Canteloup] était un peu injuste », renchérit Thomas Sotto.

Le maire de Nice concède alors un « il y a des injustices peut-être des deux côtés, soyons équitables. » L’échange s’est conclu sur un « Bonne journée », lancé par le journaliste d’Europe 1. S’il y a eu des sourires, ils étaient crispés.