Déclarations racistes ou homophobes de la part d'élus, un sénateur veut durcir les peines

POLITIQUE Les peines seraient notamment doublées, pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros...

R.L.

— 

Le députés PS Luc Carvounas.
Le députés PS Luc Carvounas. — Patrick Kovarik afp.com

Luc Carvounas, le sénateur du Val-de-Marne et proche de manuel Valls, a annoncé ce mardi dans un entretien accordé au Parisien, vouloir présenter des mesures sanctionnant plus sévèrement les propos discriminatoires des élus.

« Sorties médiatiques indignes de responsables politiques »

Selon lui, « ces derniers mois ont été le théâtre de sorties médiatiques indignes de responsables politiques dont le devoir d’exemplarité est pourtant un impératif moral de premier ordre ». Il va donc proposer plusieurs amendements au futur projet de loi pour l’Egalité et contre les discriminations, note le Huffington Post.

Les peines seraient notamment doublées, pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros. Ce texte devrait être discuté en février au Parlement. Il suscite déjà l’hostilité de la droite car il reprend une proposition de Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis, approuvée en juin par l’Assemblée nationale, qui à instaurer une possibilité d’action de groupe contre les discriminations, relate le Parisien.