Alain Juppé n’est pas «un coupeur de têtes»

POLITIQUE Le candidat à la primaire des Républicains a réagi à  la polémique sur Nadine Morano…

A.Ch.

— 

Le maire de Bordeaux Alain Juppé assiste à l'universisté d'été du parti Les Républicains dans les Pays de la Loire, le 5 septembre 2015 à La Baule
Le maire de Bordeaux Alain Juppé assiste à l'universisté d'été du parti Les Républicains dans les Pays de la Loire, le 5 septembre 2015 à La Baule — JEAN-SEBASTIEN EVRARD AFP

Il ne cautionne pas mais il n’accuse pas. Interrogé ce dimanche dans le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Alain Juppé a réagi à la vive polémique provoquée par les propos de Nadine Morano la semaine dernière. « Je ne suis pas le grand inquisiteur, je ne suis pas coupeur de têtes », a-t-il déclaré en faisant allusion à la volonté de Nicolas Sarkozy de démettre Nadine Morano de sa place de tête de liste aux élections régionales. Mais « ça n’a aucun sens, c’est même intolérable de dire que la France est un pays de race blanche », a-t-il ajouté à l’adresse de Nadine Morano.

Le candidat à la primaire de droite a rappelé que sno objectif était d’aboutir à une « identité heureuse » pour les Français et a estimé que le sentiment national provenait de la volonté commune de « vivre ensemble ». Interrogé sur sa candidature pour représenter les Républicains à la présidentielle de 2017, Alain Juppé a affirmé qu’il sentait « une adhésion », admettant « Mon problème, c’est de rassembler. S »il y a des déçus du hollandisme qui veulent nous rejoindre, ou des électeurs du FN, ils sont les bienvenus ».