Nadine persiste et signe en reparlant de «race blanche»

POLEMIQUE La menace de perdre son investiture Les Républicains en Meurthe-et-Moselle aux régionales ne l’a fait pas taire…

D.B. avec AFP

— 

Nadine Morano,à Moscou le 1er octobre 2015. AFP PHOTO/VASILY MAXIMOV.
Nadine Morano,à Moscou le 1er octobre 2015. AFP PHOTO/VASILY MAXIMOV. — AFP

La polémique de ces derniers jours ne l’a pas incité à se taire pour éviter la surenchère. Nadine Morano a redit jeudi à Moscou que la France est « un pays de race blanche ».

Des propos polémiques qui pourraient pourtant lui coûter son investiture pour les régionales. « Vous voyez, au Congo, ils reconnaissent que la France est un pays de race blanche avec des noirs, comme le Congo est un pays de race noire avec des blancs », a déclaré l’eurodéputée, juste après avoir discuté avec un représentant de la République démocratique du Congo (RDC).

Nadine Morano participe à Moscou à un forum parlementaire sur la sécurité internationale où sont également présents le député des Français de l’étranger Thierry Mariani ou la députée du Front national Marion Maréchal-Le Pen.

Elle a salué les frappes russes en Syrie

Elle risque de se voir retirer son investiture Les Républicains en Meurthe-et-Moselle aux élections régionales après qu’elle a réitéré mercredi ses propos polémiques sur la France, « pays judéo-chrétien (…) de race blanche qui accueille des personnes étrangères ».

Fondatrice du groupe parlementaire « Pour un nouveau dialogue avec la Russie » au Parlement européen, l’ancienne ministre déléguée a également salué les frappes russes en Syrie. « La première étape est de ramener la stabilité en Syrie pour que les populations déplacées puissent rentrer chez elles. On ne peut pas ramener cette stabilité sans avoir la Russie avec nous », a-t-elle déclaré, ne voyant pas d’autre « interlocuteur crédible en Syrie » que son président Bachar al-Assad.

Elle a par ailleurs regretté les sanctions économiques contre la Russie « qui ont apporté de très graves désagréments à nos peuples ».