La France va demander à Volkswagen de rembourser les bonus des voitures diesel «propres»

AUTOMOBILE Le logiciel fraudeur de Volkswagen a rendu certains véhicules diesel éligibles à des aides publiques réservés aux voitures moins polluantes…

20 Minutes avec AFP

— 

Ségolène Royal, le 27 août 2015 à Paris.
Ségolène Royal, le 27 août 2015 à Paris. — ISA HARSIN/SIPA

L’addition risque de continuer de s’allonger pour Volkswagen, menacé d’amendes mirobolantes aux Etats-Unis et d’un manque à gagner inestimable en termes d’image suite au scandale des moteurs diesel truqués. Le gouvernement français compte demander au constructeur allemand de rembourser des aides publiques versées pour l’achat de véhicules présentés comme propres et a entrepris d’évaluer ce montant, a indiqué ce mercredi la ministre de l’Ecologie.

« Nous présenterons une facture à Volkswagen »

« Lorsque l’achat de véhicules soi-disant propres a donné lieu à des versements d’aides publiques, ces aides publiques devront être remboursées », a déclaré Ségolène Royal sur BFMTV, à l’issue du Conseil des ministres. « On est en train d’évaluer » le montant, a-t-elle précisé à la presse.

« On sait qu’un peu moins d’un million de véhicules Volkswagen circulent avec le logiciel frauduleux et donc les bonus écologiques ne vont pas forcément porter sur tous. Ça va dépendre des années d’achat. Et en fonction de cette évaluation, nous présenterons une facture à Volkswagen », a-t-elle expliqué.

>> À lire aussi : Le « dieselgate » peut-il couler le géant allemand de l’automobile ?

Un million de voitures en France

« On est en train d’examiner. Je fais les choses quand elles sont bien certaines, établies et qu’elles peuvent servir de base à une décision publique […] On fait l’inventaire des bonus versés depuis plusieurs années déjà et des remboursements qu’on demandera en fonction de la fraude qui a pu être faite », a-t-elle encore dit. La semaine dernière, la ministre avait dénoncé « une forme de vol du contribuable et de l’Etat », après les révélations sur la tricherie du constructeur allemand concernant les émissions polluantes de ses voitures diesel.

En France, près d’un million de véhicules des marques VW, Audi, Skoda et SEAT seraient équipés d’un logiciel capable de fausser les résultats de tests antipollution, et de faire passer les voitures pour plus vertes qu’elles ne sont vraiment.