«Pays de race blanche»: Nicolas Sarkozy lâche Nadine Morano

POLITIQUE Le chef des Républicains a demandé aux instances nationales d'écarter Nadine Morano de la course aux régionales dans le Grand Est...

W.M.

— 

Nadine Morano, candidate aux élections européennes, le 24 avril 2014 à Paris
Nadine Morano, candidate aux élections européennes, le 24 avril 2014 à Paris — Patrick Kovarik AFP

Nadine Morano a franchi la ligne rouge. Nicolas Sarkozy a saisi les instances des Républicains pour leur «proposer de retirer l'investiture en Meurthe-et-Moselle à Nadine Morano» pour les régionales de décembre.

«Ses derniers propos ne correspondent ni à la réalité de ce qu'est la France ni aux valeurs défendues par les Républicains. Que tous ceux qui cherchent par leur déclaration à s'assurer une publicité qui nuit à la crédibilité des Républicains comprennent que cela ne peut pas rester sans conséquence», écrit aussi le parti.

 

Selon des informations de France Info publiées ce mercredi, le principe en aurait même été acté en interne. Et la tête de liste départementale perdrait dès la semaine prochaine son investiture pour les régionales.

Nadine Morano s'étonne

Après ses propos controversés sur la supposée « race blanche » originelle de la France, le chef de file des Républicains dans le Grand Est, Philippe Richert, avait demandé aux instances nationales du parti de l’exclure de la tête de liste départementale.

Sur Twitter, Nadine Morano a regretté que la commission nationale d’investiture n’ait pas été consultée.

Contactée par nos confrères du Point, Nadine Morano ne se laisse pas impressionnée par la pression subie. «Quant à Nicolas Sarkozy, ce n'est même pas la peine qu'il songe à se présenter à la présidentielle, je le dézinguerai», a-t-elle réagi.