Bombarder en Syrie? «Une erreur» selon Villepin

TERRORISME Selon l'ancien locataire de Matignon, la France n'a pas «vocation» à régler militairement la situation en Syrie...

20 Minutes avec AFP

— 

Dominique de Villepin, le 23 avril 2014 à Paris.
Dominique de Villepin, le 23 avril 2014 à Paris. — FRANCK FIFE

L’ex-premier ministre Dominique de Villepin a estimé mardi que les bombardements français en Syrie étaient « une erreur » et préconisé des pourparlers, y compris avec « les représentants du régime Assad ».

Interrogé sur RMC et BFMTV sur les bombardements français en Syrie, l’ancien ministre des Affaires étrangères a déclaré : « c’est une erreur, ce n’est pas la vocation de la France, ce n’est pas son rôle, ce n’est pas là où la France peut faire la différence ». « Il n’y a pas de solution militaire (en Syrie) », a-t-il estimé.

>> A lire aussi: Poutine s'en prend à Obama et Hollande sur le dossier syrien

Le vrai problème, la radicalisation des sunnites

« Rassemblons tout le monde autour de la table y compris les représentants du régime d’Assad et faisons en sorte qu’une paix locale puisse être signée », a avancé l’ex-Premier ministre. « Bachar al-Assad est un problème pour la Syrie mais il n’est pas tout le problème et son départ ne réglerait pas tout. Daech est un énorme problème pour la Syrie mais n’est pas tout le problème. Le vrai problème c’est la radicalisation des sunnites dans ce pays ».

« La solution militaire n’est pas la bonne parce qu’elle accroît la capacité du virus à se mobiliser. On accroît le recrutement extérieur (de Daech), on accroît l’adhésion des populations sunnites sur le plan local, et on multiplie la capacité de Daech à agir dans les pays voisins » a-t-il déploré.

«Légitime défense»

« Gagner sur le terrain ? C’est une illusion. On ne gagnera pas la guerre contre le terrorisme à coups de bombes », a prévenu Dominique de Villepin.

La France a mené dimanche ses premières frappes contre le groupe Etat islamique en Syrie, au nom de la « légitime défense ».