VIDEO. Statut des fonctionnaires: Nouvelle pique de Macron, Valls le reprend en riant

POLITIQUE Le Premier ministre a répondu aux critiques en réaffirmant que «c'est une chance» d'avoir Emmanuel Macron dans son gouvernement...

M.C. avec AFP

— 

Manuel Valls et Emmanuel Macron à l'Elysée le 29 juin 2015.
Manuel Valls et Emmanuel Macron à l'Elysée le 29 juin 2015. — ALAIN JOCARD / AFP

Manuel Valls a tenté de répondre à la polémique par l'humour jeudi soir, sur France 2. Après les remous déclenchés par son ministre de l'Economie avec ses déclarations sur le statut des fonctionnaires, le Premier ministre a tenté de clarifier: «S'il faut faire évoluer tel ou tel secteur, moi j'y suis prêt. Mais je ne veux pas jeter l'opprobre sur l'ensemble des fonctionnaires», a-t-il déclaré dans l'émission Des Paroles et des actes.

>> Le gouvernement veut-il vraiment réformer le statut des fonctionnaires?

«Ce n'est pas ce qu'a fait votre ministre?», demande le journaliste. «Non je ne crois pas», répond Manuel Valls, avant de se tourner vers son ministre de l'Economie, présent sur le plateau comme la plupart des membres du gouvernement: «Emmanuel, t'as pas fait ça?». Rires dans l'assistance et sourire d'Emmanuel Macron qui prononce quelques mots inaudibles. «Bon vous voyez ? Il ne l'a pas fait», reprend le Premier ministre.

«Les jeunes générations veulent devenir entrepreneurs, pas fonctionnaires»

En visite à Londres le matin même, le ministre de l'Economie avait pourtant lancé une nouvelle pique à l'adresse des fonctionnaires en lançant: «Les jeunes générations veulent devenir entrepreneurs, pas fonctionnaires ou politiciens» devant des patrons français et britanniques, rapporte le Figaro. Ceci après ses déclarations selon lesquelles le statut des fonctionnaires n'est «plus adapté au monde tel qu'il va» et, «surtout, n'est plus justifiable compte tenu des missions», selon des propos rapportés par Les Echos.

Des propos qui ont provoqué la colère d'une partie du Parti socialiste et toute la gauche radicale. La maire de Lille Martine Aubry a déclaré qu'elle en avait «ras-le-bol» d'Emmanuel Macron, tandis que Nicolas Sarkozy a ironisé en appelant le ministre à rejoindre Les Républicains. Jeudi soir, Manuel Valls a lui réaffirmé que «c'est une chance» d'avoir Emmanuel Macron dans son gouvernement. «Je préfère avoir des gens compétents», a-t-il insisté.