Selon l'UMP, DSK a «les compétences et la dimension»

POLITIQUE Réactions à l'annonce du candidat au FMI de Nicolas Sarkozy…

— 

Nicolas Sarkozy a fait samedi de nouvelles avances à la gauche, ciblant cette fois le sommet du PS: il soutient Dominique Strauss-Kahn pour diriger le FMI et propose à Jack Lang de réfléchir à la réforme des institutions, au risque de déboussoler un peu plus ce parti.
Nicolas Sarkozy a fait samedi de nouvelles avances à la gauche, ciblant cette fois le sommet du PS: il soutient Dominique Strauss-Kahn pour diriger le FMI et propose à Jack Lang de réfléchir à la réforme des institutions, au risque de déboussoler un peu plus ce parti. — Olivier Laban-Mattei AFP/Archives

En proposant le socialiste Dominique Strauss-Khan comme candidat français à la présidence du Font monétaire international (FMI) Nicolas Sarkozy continue-t-il sa politique intérieure «d'ouverture» ou propose-t-il simplement le meilleur pour le poste?

Nul doute, pour Yves Jego, porte-parole de l'UMP, que c'est pour la deuxième raison. «Personne ne conteste, ni à gauche ni à droite, que Dominique Strauss-Khan a les compétences, la dimension» pour le poste, a-t-il estimé lundi. D'ailleurs, « que ce soit un socialiste qui représente la France à ce poste, cela n'a rien de choquant, bien au contraire, cela permettra aux 17 millions de Français qui ont voté pour le Parti socialiste de se sentir pleinement représentés», a ajouté Yves Jego.

Mais pour Stéphane Le Foll (PS) «si Dominique Strauss-Kahn est candidat, c'est au nom de la France et des autres pays européens», a-t-il estimé au point de presse hebdomadaire du PS.

La communiste Marie-George Buffet se demande, elle, si le socialiste Dominique Strauss-Khan serait prêt à «modifier profondément» la politique du FMI. «Ce qui est réclamé par des pays en voie de développement depuis des décennies», a-t-elle précisé au cours d’une conférence de presse, lundi