Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
POLITIQUE«Un temps de président»: 5 scènes marquantes du documentaire

«Un temps de président»: 5 scènes marquantes du documentaire

POLITIQUE
Le film sur les coullisses de l'Elysée est diffusé ce lundi soir sur France 3...
Thibaut Le Gal

T.L.G.

Dans l’intimité de François Hollande, ou presque. Pendant six mois, le documentariste Yves Jeuland a posé ses caméras dans le palais présidentiel. À l’Élysée, un temps de président dévoile des instants vécus par le chef de l’Etat sur la période allant d’août 2014 à février 2015. Le documentaire est diffusé ce lundi soir sur France 3. 20 Minutes a sélectionné cinq passages.

L’omniprésent Gaspard Gantzer

Gaspard Gantzer et Jean-Pierre Jouyet - © La Générale de Production

Il est le personnage le plus marquant du documentaire. Gaspard Gantzer, le conseiller en communication du chef de l’Etat depuis avril 2014, apparaît sur presque tous les plans du film. C’est lui qui répond aux journalistes, par SMS ou par téléphone. « Un parapluie, ça se trouve, je vous rassure. Il n’en a pas souhaité », l’entend-on ainsi après la visite du président sur l’île de Sein. C’est lui qui relaie les propos de François Hollande auprès des journalistes lors du remaniement de la rentrée 2014 ou après les attentats de janvier. Le communiquant suit presque partout le chef de l’Etat (qu’il tutoie).

Merci pour ce moment: Hollande l'apprend sur Twitter

François Hollande lit la presse après avoir appris la sortie du brulot de son ex-compagne. - © La Générale de Production

Le seul véritable moment d’intimité du film. Le 2 septembre au matin, François Hollande apprend la sortie du livre de son ex-compagne par le tweet d’une journaliste de LCP. « "Merci pour ce moment" le livre de @valtrier sort en librairie ce jeudi. Et @fhollande n’est pas épargné… ». La caméra filme le président en train de découvrir ce tweet à l’arrière d’une voiture. Il rend alors le téléphone à son conseiller, saisit L’Equipe, et regarde longuement la Une, stoïque, dans un silence pesant.

« "Merci pour ce moment" le livre de @valtrier sort en librairie ce jeudi. Et @fhollande n'est pas épargné... — Brigitte Boucher (@boucherbrigit) September 2, 2014 »

« Vois Jack [Lang], il a des idées »

La scène la plus cocasse. Peu après un conseil des ministres de rentrée en 2014, le documentariste capte un échange entre François Hollande, Manuel Valls et Fleur Pellerin, qui vient de remplacer Aurélie Filippetti à la Culture. Le chef de l’Etat conseille la nouvelle ministre. « La force de Lang, c’était ça quand même. Il était capable d’avoir des idées. Il faut des idées… », et insiste. « Vois Jack ! Vois Jack, il a des idées ! » « Vois-le, il sera ravi », abonde Manuel Valls. « Premier rendez-vous à avoir, c’est Jack ! Et Monique, bien sûr [sa femme] », poursuit le président qui délivre un autre conseil. « Va au spectacle. Tous les soirs, il faut que tu te tapes ça. Et dis que "c’est bien", que "c’est beau"».

Attentats de janvier : La Une du Point « inacceptable »

C’est la grande déception du film. Peu de scènes dévoilent l'intimité du pouvoir lors des attentats de janvier. Seul moment capté, la visite de François Hollande chez la famille d’Ahmed Merabet, le policier abattu par l’un des frères Kouachi. Quelques jours plus tôt, la photo était en Une du magazine le Point. « Ça nous a achevés, c’était trop », raconte une proche. « Là on était dans l’intimité. On ne peut pas laisser les terroristes créer l’effroi », insiste le président. « C’était inacceptable et il y aura de suites ».

Hollande prépare ses discours avec Wikipédia

Petit détail amusant. Une scène montre François Hollande préparer son texte au moment de remettre la grand-croix de la Légion d’honneur à Jean d’Ormesson. Comme n’importe quel étudiant, le chef de l’Etat prépare ses fiches à l’aide d’une page imprimée sur Wikipédia. Dans la foulée, Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de la
présidence, relit le discours du chef de l’Etat, mais n’arrive pas à comprendre les notes de François Hollande. « Tu ne sais pas lire le Président ? Nous, on a fait une formation en hollandais », ajoute une secrétaire, loupe à la main.

François Hollande et Jean d'Ormesson en novembre 2014. - © La Générale de Production

Sujets liés