Politique

Sarkozy veut DSK au FMI, et Lang dans sa commision

POLITIQUE – Pour le poste de directeur du FMI...

Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il voulait que «Dominique Strauss-Kahn soit le candidat de la France à la direction générale du FMI» car «il m'a paru être le plus apte à ce poste», dans une interview au Journal du dimanche.

Le Président précise avoir «déjà présenté» la candidature de l'ex-ministre socialiste des Finances «à Zapatero, à Prodi, à Gordon Brown, à Bush...», les Premiers ministres espagnol, italien, britannique et le président américain.

«Lui et moi avons la même vision»

«Je sais que c'est un poste très convoité. Pour obtenir ce poste, il faut avoir une forte crédibilité, une expérience incontestable, être polyglotte. Dominique Strauss Kahn a ces qualités. Lui et moi avons la même vision du fonctionnement du FMI», a ajouté le chef de l'Etat. «Et je devrais priver la France de sa candidature parce qu'il est socialiste? Comment serais-je le Président de tous les Français si je raisonnais comme ça.»

«Je n'ai pas demandé à Dominique Strauss-Kahn de ne plus être socialiste. Le Président de la République doit rassembler», a-t-il insisté alors qu'on lui demandait s'il ne s'agissait pas là d'un «calcul politique».

Lang, Bourlanges, Schrameck...
Nicolas Sarkozy a aussi demandé à Jack Lang de «participer» à la commission de réflexion pour la modernisation des institutions, qui sera installée dans «15 jours». Une nouvelle qui avait entraîné la colère d'Edouard Balladur.

Jack Lang a assuré que la proposition le «touchait» et l'«honorait» et qu'il répondrait dans les prochains jours.

«J'ai aussi demandé à Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, ainsi qu'à Jean-Louis Bourlanges, à Guy Carcassonne, à Olivier Schrameck d'y participer. Guy Carcassonne a été le conseiller de Michel Rocard, Olivier Schrameck a été le directeur de cabinet de M. Jospin, et alors ?», a-t-il poursuivi.