Lebranchu à Macron: «Un ministre n’est pas libre de ses propos»

POLEMIQUE Emmanuel Macron avait jugé que le statut de fonctionnaire n’était « plus justifiable »...

N.Bg. avec AFP
— 
Marylise Lebranchu et Emmanuel Macron en 2015.
Marylise Lebranchu et Emmanuel Macron en 2015. — APERCU/ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Bel hommage à Jean-Pierre Chevènement. « Un ministre n’est pas libre de ses propos », a estimé ce lundi Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, en invitant son collègue de l’Economie Emmanuel Macron à « parler le moins possible ».

Appel à la prudence

Revenant sur les propos prêtés au ministre de l’Economie concernant le statut des fonctionnaires, la ministre de la Fonction publique a expliqué sur Europe 1 avoir « simplement dit à Emmanuel Macron : "Un ministre n’est pas libre de ses propos" ». « Il faut être extrêmement prudent, parler le moins possible et ne pas oublier qu’y compris dans un petit groupe de réflexion, il y a toujours quelqu’un pour reprendre une phrase que vous avez jetée », a commenté la ministre.

Macron et les fonctionnaires : A gauche on s’étrangle, à droite on ironise

Selon Lebranchu, « le statut de la fonction publique permet des droits et des obligations ». Elle a aussi fait valoir que « le statut de la fonction publique, ce n’est pas seulement la solidité de l’Etat, c’est la solidité de la Nation », ajoutant que « l’Etat réforme de façon permanente ses services ».

Attention à ne pas « mettre le feu partout »

Vendredi, Emmanuel Macron a suscité la polémique, après que plusieurs médias ont rapporté qu’il avait jugé lors d’un débat public que le statut de fonctionnaire n’était « plus justifiable ».

Tout en se défendant de vouloir « taper sur un collègue du gouvernement », Marylise Lebranchu a souligné le « risque » en tenant de tels propos de « mettre un peu le feu partout, et en particulier dans les syndicats de la Fonction publique, dont j’attends qu’ils signent un protocole d’accord » salarial.

« On va tourner la page (…) Le seul souci que nous avions, c’était justement que je suis en pleine négociation avec les fonctionnaires et que cela n’a pas mis de l’huile dans les rouages », a-t-elle observé.