Journées du Patrimoine: Dans les coulisses de Bercy avec Michel Sapin

REPORTAGE Pour les Journées du Patrimoine 2015, le ministre des Finances a guidé les visiteurs de l'embarcadère aux toits pour une visite inédite du ministère…

Laure Cometti

— 

Michel Sapin emprunte plusieurs fois par semaine cette navette fluviale pour se rendre rapidement à l'Assemblée nationale, à l'Elysée, ou à Matignon. Lancer le diaporama
Michel Sapin emprunte plusieurs fois par semaine cette navette fluviale pour se rendre rapidement à l'Assemblée nationale, à l'Elysée, ou à Matignon. — Laure Cometti / 20 Minutes

Comme tous les ministères, Bercy était ouvert au public ce week-end pour les Journées européennes du patrimoine. Cette année, les visiteurs ont pu pour la première fois goûter le miel produit par les abeilles du ministère des Finances et faire un petit tour sur la Seine à bord de la navette fluviale que les ministres empruntent plusieurs fois par semaine pour se rendre à l’Assemblée nationale. Une visite inédite à laquelle 20 Minutes a pu participer.

6 000 visiteurs

Le tour débute dans l’hôtel des ministres, dans le bureau de Michel Sapin qui reçoit un à un les visiteurs, commentant tantôt la vue (sur la Seine et la Cité de la mode et du design sur la rive gauche, en face), tantôt la décoration de son bureau (une caricature de lui par Plantu), et demandant à certains les raisons de leur visite. « Mon fils veut devenir économiste », explique avec fierté un père. « On voulait visiter ce ministère qui fait partie des plus importants pour le pays », confie un couple de personnes âgées tout sourire.

Des visiteurs de tout âge, souvent venus en famille, se succèdent dans le bureau lumineux, visiblement plus impressionnés par la présence du ministre que par les lieux. Au total, ils sont 6 000 à avoir arpenté les coulisses du ministère samedi et dimanche.

Un tour sur la Seine à bord de la «Concorde»

Direction ensuite l’embarcadère du ministère, niché sous une arche plongeant dans la Seine. Deux navettes fluviales, sobrement baptisées Concorde et Bercy, permettent aux ministres et directeurs de cabinets de se rendre à l’Assemblée nationale en « sept à onze minutes », selon Michel Sapin. Un moyen de transport rapide (les douanes, qui assurent la sécurité du ministère et le transport fluvial, sont habilitées à dépasser – lorsque la prudence l’autorise - la vitesse maximale de 6 km/h) et pratique pour se rendre aussi à Matignon, à l’Elysée ou dans les studios de certains médias.

Quelques chanceux embarquent avec le ministre pour un tour sur la Seine. Parmi eux, Christina, 7 ans, à qui le ministre montre comment conduire le bateau durant quelques instants. Sa maman n’en revient pas. « Mon fils ne va pas y croire », souffle-t-elle en immortalisant la scène avec son smartphone.

 

Michel Sapin montre à Christina, 7 ans, comment conduire le bateau. - Laure Cometti / 20 Minutes

 

Franck, 42 ans, a lui aussi la chance de piloter la navette pendant quelques minutes. Le soleil est au rendez-vous ce dimanche, « mais le ministère a du gros temps devant lui », lâche-t-il à la barre en direction de Michel Sapin, qui sourit. L’heure est à la détente. Le ministre, qui a son permis bateau, est vigilant, repérant un feu rouge au niveau du pont de Sully. Le reste du temps, il commente la vue et raconte quelques anecdotes, de pêche à la seiche notamment.

 

Dix ruches sont installées sur le toit du ministère. Un demi-million d'abeilles produit le miel de Bercy. - Laure Cometti / 20 Minutes

 

Dégustation du miel de Bercy

Dernière étape de la visite : le toit du ministère, où dix ruches ont été installées à la fin du mois de juillet dernier par l’apiculteur Marc Perret, à la demande de Michel Sapin. « Sur un bâtiment aussi minéral et imposant que celui-ci, c’est important de montrer que l’on peut avoir de la vie avec ces abeilles et tout ce qu’elles apportent en matière de biodiversité », insiste le ministre. Les visiteurs sont invités à goûter le fruit du travail du demi-million d’abeilles qui ont déjà produit 40 kg de miel. « C'est une belle performance pour un début », se réjouit l’apiculteur.

 

Un nectar sucré qui rencontre un franc succès auprès des visiteurs. «Certains l'appellent le miel de Sapin», glisse en souriant le ministre. Si certains le trouvent «un peu fort» à leur goût, tous sont réceptifs au message de biodiversité délivré par l'apiculteur et le ministre.