Nouvelle perquisition dans l'affaire Clearstream

CLEARSTREAM Après le domicile de Villepin, les juges étaient au Ministère des Affaires étrangères…

D'après AFP

— 

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin s'est défendu jeudi dans un communiqué en dénonçant les "accusations infondées" selon lesquelles il aurait cherché à mettre en cause Nicolas Sarkozy. Il souhaite "maintenant disposer du statut de témoin assisté" pour pouvoir se défendre.
L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin s'est défendu jeudi dans un communiqué en dénonçant les "accusations infondées" selon lesquelles il aurait cherché à mettre en cause Nicolas Sarkozy. Il souhaite "maintenant disposer du statut de témoin assisté" pour pouvoir se défendre. — Mehdi Fedouach AFP/Archives

«Je viens de vivre des moments qui, comme vous l'imaginez, ne sont pas agréables, mais je sais que la vérité apparaîtra», a déclaré Dominique de Villepin aux journalistes.

Bureaux du Quai d'Orsay

L'ex-Premier ministre s'exprimait ainsi vendredi soir, vers 21h, à la sortie des locaux appartenant au Quai d'Orsay, avenue de Kléber (Paris, 16e).

Les juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons s'étaient rendus dans ces bureaux du ministère des Affaires étrangères pour une nouvelle perquisition, dans le cadre de l'affaire Clearstream. Ils y sont restés de 10h30 à 17 heures.

Les juges étaient accompagnés de policiers de la Division nationale des investigations financière (DNIF) et d'un membre de la section financière du parquet de Paris.

La veille, ils avaient perquisitionné pendant six heures au domicile de Dominique de Villepin.


Retour de vacances

L'ex-chef du gouvernement était parti en vacances mercredi et en est revenu précipitamment «jeudi dans la soirée», selon son entourage.

Les poursuites judiciaires contre Dominique de Villepin dans l'affaire Clearstream semblent désormais inévitables après une expertise de l'ordinateur du général Philippe Rondot, qui a révélé plusieurs notes consignées par l'ancien militaire, ex-conseiller spécial du ministre de la Défense, et mettant en cause directement l'ancien chef du gouvernement de Jacques Chirac.

«En situation de poursuivre l'ex-chef du gouvernement»

Les deux magistrats du pôle financier de Paris en charge du dossier, Jean-Marie d'Huy et Henri Pons, ont perquisitionné l'appartement de Dominique de Villepin, situé près du parc Monceau (XVIIe) à Paris, pendant près de 6 heures 30 jeudi après-midi.

«Désormais, les deux juges sont en situation de poursuivre l'ex-chef du gouvernement», expliquait dès mercredi soir une source proche du dossier.

L'ancien Premier ministre s'est défendu jeudi dans un communiqué en dénonçant les «accusations infondées» selon lesquelles il aurait cherché à mettre en cause Nicolas Sarkozy. Il souhaite «maintenant disposer du statut de témoin assisté» pour pouvoir se défendre.

A votre avis, quelle tournure va prendre l'affaire?