Villepin, l’arroseur arrosé

— 

L'affaire Clearstream ne cesse de rebondir et Dominique de Villepin, soupçonné d’être au cœur d’une machination contre Nicolas Sarkozy, est aujourd’hui «en tête de listing» titre «Libération» vendredi.
«L’ancien ministre aurait donc non seulement encouragé Gergorin et Rondot à enquêter sur les supposés clients de Clearstream, mais aurait poussé le premier à transmettre des informations à un juge d’instruction, sous forme d’un envoi anonyme,» affirme le journal.

La fin de la Chiraquie

Pour Laurent Joffrin, directeur de la publication, «le dernier développement de l’affaire Clearstream tend à accréditer ce dont on se doutait depuis longtemps. S’ils se confirment, si l’enquête les complète, des éléments tangibles tirés d’une mémoire informatique ressuscitée montrent qu’il y a bien eu un complot politique visant à écarter l’actuel président de la course à l’Élysée par des moyens de basse police
La retentissante affaire Clearstream pourrait être, selon lui, celle qui enterrera définitivement la Chiraquie. «Décidément, les mœurs de la défunte chiraquie ont un parfum persistant de cabinet noir. (…) Dès lors que la messe est dite, à quoi bon exiger confessions et pénitences. Il n’y a pourtant qu’un seul moyen de hâter la modernisation de la vie politique souhaitée par Nicolas Sarkozy : aider la justice à aller au bout de son travail, pour qu’elle jette sur cette glauque affaire Clearstream la bienfaisante lumière de la vérité.»

La «perquise à l’heure du thé», selon France Soir, bien qu’exceptionnelle, est loin d’être le centre d’intérêt de la presse française vendredi. Si «Le Parisien/Aujourd’hui en France» insiste sur la délicate position de l’ancien Premier ministre, «Dominique de Villepin dans la tourmente judiciaire», «Le Figaro» se contente d’annoncer laconiquement la perquisition et réserve son plus gros titre au Proche-Orient pour expliquer.

Quant à Pierre Jeantet, tout récemment élu président du directoire du «Monde», il explique dans son éditorial ce qu’il compte mettre en place au journal du soir. Villepin, absent ou presque des médias français, la Chiraquie est bien morte.