Le Sénat vote une disposition pour éviter des mannequins trop maigres

LEGISLATION Un médecin du travail devra contrôler l'aptitude des mannequins...

20 Minutes avec AFP

— 

Agnes Hedengard, mannequin suédois de 19 ans, dénonce dans une vidéo la maigreur imposée par l'industrie de la mode.
Agnes Hedengard, mannequin suédois de 19 ans, dénonce dans une vidéo la maigreur imposée par l'industrie de la mode. — Agnes Hedengard via YouTube

La loi arrivera-t-elle à normaliser la silhouette des mannequins? En tout cas, les législateurs y travaillent. Le Sénat a modifié dans la nuit de mardi à mercredi un article du projet de loi sur la Santé qui tentait déjà de résoudre ce problème en soumettant l'activité de mannequin à un indice de masse corporelle (IMC) minimal.

Les sénateurs ont en effet préféré supprimer le critère de l'IMC pour redonner sa place au médecin du travail. «L'anorexie mentale concerne 40.000 personnes en France», a justifié Alain Vasselle (Les Républicains). «Mais le problème ne saurait être appréhendé par un simple critère mathématique», a-t-il estimé. «Définira-t-on un seuil d'IMC par métier?», a-t-il ajouté alors que récemment encore, une jeune mannequin a témoigné de la pression qu'elle subit sur son poids dans l'industrie de la mode.

Distingo entre anorexie mentale et maigreur excessive

A la place, il a fait adopter un amendement prévoyant que «la médecine du travail contrôle que les conditions de travail du mannequin ne mettent pas en danger son état de santé et sa croissance et peut prescrire (...) toutes mesures pertinentes».

En revanche, pour la ministre de la Santé Marisol Touraine, «l'article initial n'a rien de rigide». Il «ne vise pas l'anorexie mentale mais la maigreur excessive».

Le débat sur le projet de loi santé, entamé lundi, doit se poursuivre jusqu'au 2 octobre, avant un vote solennel le 6 octobre.