Cécilia a rendu sa carte

ELYSEE Cécilia Sarkozy avait une carte de de paiement de l’Elysée. Un député s’interroge, Fillon démine...

P. K.

— 

La large victoire de l'UMP au premier tour des législatives a conforté la stratégie de Nicolas Sarkozy, parvenu à fragiliser le PS, siphonner le Front National, assécher le MoDem et attirer des socialistes dans son équipe gouvernementale.
La large victoire de l'UMP au premier tour des législatives a conforté la stratégie de Nicolas Sarkozy, parvenu à fragiliser le PS, siphonner le Front National, assécher le MoDem et attirer des socialistes dans son équipe gouvernementale. — Dominique Faget AFP

Cécilia Sarkozy détourne-t-elle les fonds publics en se servant de sa nouvelle carte bancaire? A la question posée mardi à François Fillon par le député René Dosière (apparenté socialiste), dès son retour à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a claqué que «Tout ça, ce sont des petits débats très mesquins.»

«Un moyen plus simple, plus rapide, plus moderne»

A la sortie du conseil des ministes, Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement, explique que devant la polémique, Cécilia a rendu sa carte bancaire. Qui lui avait été proposé par Emmanuelle Mignon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy : «J'estimais que c'était un moyen plus simple, plus rapide, plus moderne de répondre à ses frais professionnels classiques, tels les cadeaux protocolaires aux épouses des chefs d'Etat étrangers, les gerbes de fleurs ou les frais de représentation».

L’affaire éclate mercredi 27 juin, quand «Le Canard Enchaîné» révèle que la nouvelle «first lady» dispose d’une carte de paiement dont les sommes dépensées sont débitées sur le compte de la présidence de la République au Trésor public. Une première.

Deux déjeuners de travail

Selon l’Elysée, «Madame Sarkozy s’est servie deux fois de cette carte pour régler des déjeuners de travail. Les factures réglées étaient de 129 et 272 euros.»

Du pain béni pour René Dosière, qui s’est fait un nom en s’attaquant tous les ans au budget très opaque de l’Elysée. L’occasion pour le député, réélu après s’être présenté contre le candidat de son parti, de montrer que les parlementaires entendaient bien exercer le contrôle appelé de ses vœux par Nicolas Sarkozy.

Il demande donc à François Fillon «à quel titre l'épouse du chef de l'Etat peut gérer l'argent public, dans la mesure où elle n'a pas d'existence juridique (...) et qu'elle ne fait pas partie des services de la Présidence» ainsi que le montant «des plafonds de dépenses et de retraits en liquide autorisés pour cette carte de paiement».

«Des petits débats très mesquins»

Pour lui, «les sommes en cause n'étant soumises à aucun contrôle extérieur, ni de la Cour des comptes, ni du Parlement, de telles pratiques ne peuvent que susciter l'inquiétude de tous ceux que préoccupe la bonne gestion des fonds publics».

Réponse lapidaire de François Fillon, mercredi matin à la radio: «Personne à l'Elysée n'utilise des cartes de crédit pour des besoins personnels. Tout ça, ce sont des petits débats très mesquins, et l'Elysée répondra dans le détail à M. Dosière, qu'il se rassure.»

Et vous, cela vous choque-t-il?