Des écologistes appellent Jean-Vincent Placé à quitter la présidence du groupe EELV au Sénat

PARLEMENT Jean-Vincent Placé a claqué la porte de son parti fin août...

D.B. avec AFP

— 

Jean-Vincent Placé, le 13 septembre 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET
Jean-Vincent Placé, le 13 septembre 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET — AFP

Ils réclament de la cohérence. Des militants EELV ont lancé une pétition appelant les sénateurs écologistes à évincer Jean-Vincent Placé, qui a démissionné de leur parti, de la tête de leur groupe, a annoncé vendredi la sénatrice Esther Benbassa.

Le co-président du groupe écologiste à l'Assemblée François de Rugy a aussi quitté EELV, tout en se disant disponible pour une nouvelle gouvernance dans laquelle il n'occuperait plus la responsabilité de président.«Au niveau du Sénat, les choses semblent différentes», souligne la pétition qui en appelle «à la clarté et à la cohérence».

«En pleine campagne des régionales, échéance majeure pour le projet écologique, il serait invraisemblable qu'un groupe parlementaire composé d'une majorité de sénatrices-teurs EELV décide de confier sa présidence et les moyens qui en découlent à celui d'entre eux qui a choisi de quitter notre parti et d'en créer un autre concurrent avec pour objectif affiché de participer lui aussi à cette échéance électorale», poursuit-elle.

Un problème d'éthique

«Il nous parait normal que prendre la décision de quitter son parti politique ait des conséquences politiques», souligne aussi le texte intitulé «Appel à la responsabilité de nos parlementaires».Esther Benbassa, élue du Val-de-Marne, avait déjà jugé que «la présidence de Jean-Vincent Placé pose un problème d'éthique», proposant de mettre en place une «présidence tourniquet» du groupe.

Début septembre, le bureau exécutif d'EELV a voté une motion demandant que les groupes soient présidés par des «adhérents» du parti, manière de signifier que François de Rugy et Jean-Vincent Placé doivent quitter leurs postes.