Emmanuel Macron démolit les 35 heures devant les patrons

POLITIQUE A la veille de l’ouverture de l’université du PS, le ministre de l’Economie était au congrès de rentrée du Medef où il a reconnu les responsabilités du gouvernement dans la faiblesse de l'activité économique de la France...

Fabrice Pouliquen

— 

Emmanuel Macron lors de son discours à l'Université d'été du Medef, le syndicat patronal.
Emmanuel Macron lors de son discours à l'Université d'été du Medef, le syndicat patronal. — AFP

« Vous avez l’amour, et vous avez les preuves d’amour » ! Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, a tenté de brosser les patrons dans le sens du poil, jeudi soir, à l’université d’été du Medef, le syndicat patronal. Tout comme l’avait déjà fait Manuel Valls, un an plus tôt, au même rendez-vous, avec sa formule « J’aime l’entreprise ».

Enthousiasme modéré dans la salle

Mais si le Premier ministre avait récolté une standing ovation, Emmanuel Macron, lui, n’a récolté que quelques applaudissements dans la salle et la moue de Pierre Gattaz, le patron des patrons, rapporte Le Figaro.

Le ministre de l’Economie a commencé par faire amende honorable, reconnaissant les responsabilités du gouvernement dans la faiblesse de l’activité économique en France. « La gauche n’est pas exempte de critiques », a-t-il admis. Elle est notamment coupable d’avoir pu croire, que « la politique se faisait contre les entreprises » et que « la France pourrait aller mieux en travaillant moins », faisant une référence explicite aux 35 heures.

« Agir en entrepreneur en 2015, c’est investir »

Il n’a pas oublié non plus de rappeler les devoirs des entrepreneurs. « Ne vous demandez pas ce que le pays peut faire pour vous », a-t-il exhorté, paraphrasant J. F. Kennedy. « Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le pays ». Puis de préciser « qu’agir en entrepreneur en 2015, c’est investir ». « Investissez maintenant, prenez des risques maintenant. »

Au PS, un discours qui ne fait guère plaisir

Au Parti socialiste, ces mots ne font guère plaisir surtout à la veille de l’ouverture de l’université d’été du PS à La Rochelle. Le timing surprend : « On comprend pourquoi avec de tels propos, Monsieur Macron préfère se faire applaudir à l’université du Medef que venir à La Rochelle discuter avec les militants socialistes », a déploré le député Yann Galut auprès de BFMTV.