VIDEO. La libération d'Isabelle Prime est le fruit d’un «travail de plusieurs mois», explique Laurent Fabius

OTAGE Le ministre des Affaires Etrangères a exprimé sa joie au micro d’Europe 1 après la libération du dernier otage français Isabelle Prime au Yémen…

C.T

— 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 24 février 2015 à Paris
Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 24 février 2015 à Paris — François Guillot POOL

Quelques heures après la libération de l’otage Isabelle Prime, retenue au Yémen depuis février 2015, le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius s’est exprimé en direct au micro d’Europe 1.

« Beaucoup de joie »

Laurent Fabius a manifesté sa joie après avoir eu Isabelle Prime au téléphone quelques instants. « Elle va très très bien. C’est une personne très forte et très équilibrée. Je lui ai demandé des choses sur son parcours, ce qu’elle avait vécu et j’ai été impressionné par sa force après toutes les épreuves qu’elle a traversées », a indiqué le ministre des Affaires Etrangères.

Il a également précisé que cela a été « très difficile » pour Isabelle Prime. Et a rappelé que « tous les otages passent par des moments de grande difficulté où ils se sentent abandonnées ». Le ministre a également souligné que les ravisseurs de l’otage étaient « des gens très durs ».

« Les services de l’Etat agissent pour récupérer les nôtres »

Laurent Fabius a terminé son interview en remerciant les services de l’État, le centre de crise du Quai d’Orsay et le sultanat d’Oman, qui a été « extrêmement précieux dans cette affaire ».

Cette libération a été le fruit d’un « travail de plusieurs mois », exécuté « de manière très discrète comme toujours ». L’homme politique (PS) a aussi rappelé « qu’il faut avoir à l’esprit que tout cela se passe au Yémen, qui est un territoire qui souffre en ce moment ».

L’homme d’Etat a conclu en informant que « la leçon que nous devions retenir de tout ça, c’est que la France n’abandonne jamais les siens ». « Il y a eu dans le passé beaucoup de coups durs, il y en aura peut-être encore, mais à chaque fois les services de l’Etat agissent pour récupérer les nôtres ». Et précise que « la consigne de discrétion, bien que frustrante pour la presse, est nécessaire dans un souci d’efficacité ».

Laurent Fabius s’est dit « très heureux » d’accueillir Isabelle Prime tout à l’heure en compagnie de son père et de François Hollande à Villacoublay en fin d’après-midi.