Le député Thierry Mariani prévoit «probablement» un nouveau voyage en Crimée en octobre

POLEMIQUE L'élu du parti Les Républicains revient d'une visite polémique dans la péninsule annexée par la Russie...

20 Minutes avec AFP

— 

Thierry Mariani (UMP) lors d'une conférence de presse organisé par l'association Dialogue Franco-Russe à Moscou, le 11 septembre.
Thierry Mariani (UMP) lors d'une conférence de presse organisé par l'association Dialogue Franco-Russe à Moscou, le 11 septembre. — VASILY MAXIMOV / AFP

Thierry Mariani, député Les Républicains (LR) des Français de l'étranger, de retour d'un voyage controversé en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie, a annoncé lundi qu'il prévoyait «un autre voyage très prochainement, en octobre».

«Une dizaine de parlementaires sont venus, mais je peux vous dire que j'avais 4 - 5 personnes que j'ai dû refuser et on fera probablement un autre voyage très prochainement, en octobre», a déclaré Thierry Mariani sur France Info.

Très médiatisée en Russie, la visite de deux jours de cette délégation d'une dizaine de parlementaires, pour la plupart membres du parti Les Républicains (opposition de droite), a été dénoncée par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius comme une violation du droit international.

Pas d'autorisation

«Dans cette région, le droit international est violé depuis deux ans», a affirmé Thierry Mariani. «Ce que je sais en tout cas, c'est que je n'ai pas violé, en allant en Crimée, l'Histoire. L'Histoire c'est que la Crimée a toujours été russe, l'Histoire c'est que la population s'est toujours sentie russe», a-t-il poursuivi.

Le député a encore estimé qu'il n'avait pas à demander l'autorisation pour organiser ce voyage. «Parce que quand un député doit sortir de France, il doit demander l'autorisation comme un petit garçon ? Non, je suis un homme libre», a-t-il dit.

«J'ai rempli les obligations fixées par le règlement de l'Assemblée (...), mais après je n'ai pas besoin d'une autorisation de Laurent Fabius, de Claude Bartolone (président de l'Assemblée nationale) ou même de mon parti», a ajouté le député.