Pour Jacques Séguéla, « même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1.500 euros »

PETITE PHRASE Le célèbre publicitaire revenait sur sa sortie polémique à propos des Rolex…

A.-L.B.

— 

Le publicitaire Jacques Séguéla, le 25 septembre 2010 à Lyon.
Le publicitaire Jacques Séguéla, le 25 septembre 2010 à Lyon. — FAYOLLE PASCAL/SIPA

L’art de la petite phrase politiquement incorrecte diffusée dans les médias. « Même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1.500 euros », confie le célèbre publicitaire Jacques Séguéla à BFMTV.

Ce proche de Nicolas Sarkozy revient sur sa petite phrase lancée en 2009 à propos des montres de luxe Rolex. Souhaitant défendre le président de la République, il avait alors déclaré : « Si à cinquante ans on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ».

Pas de mea culpa

« C’est la plus grande connerie de ma vie », explique-t-il aujourd’hui à la chaîne d’info. « Je ne regrette pas de l’avoir dit mais ce n’est pas ce que je voulais dire », précise-t-il, excluant tout mea culpa.

Pour expliquer sa petite phrase, il lâche encore : « Ça voulait dire que la vie est un rêve (….) Il n’y a pas de raison de dire aux gens ‘Vous êtes condamnés à ne jamais vous faire le plaisir de votre vie’. On a quand même le droit, même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1.500 euros ! On a le droit de rêver, nom de Dieu ».