Les comptes de campagne du candidat Hollande n’étaient pas clairs

POLITIQUE Selon « L’Express », la Commission de contrôle des comptes de campagne a dû demander pas moins de 450 justificatifs…

Vincent Vantighem

— 

François Hollande arrivant à son QG de campagne en avril 2012.
François Hollande arrivant à son QG de campagne en avril 2012. — Bertrand Langlois afp.com

Disons-le tout de suite : il n’y avait rien d’anormal dans les comptes de campagne du candidat Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012. Mais, selon des révélations de L’Express ce mardi, ils ont tout de même donné du fil à retordre à la Commission indépendante chargée de les vérifier.

Quatre mois après son accession à l’Elysée, la très sérieuse Commission nationale des comptes de campagne et du financement de la vie politique (CNCCFP) s’est, en effet, fendue d’un courrier pour réclamer pas moins de 450 pièces justificatives permettant d’expliquer les dépenses de campagne de celui qui était devenu président de la République.

L’inauguration du QG « oubliée »

Contrats, factures, devis : les experts se sont aussi étonnés que des événements parfois importants avaient carrément été « oubliés » dans les livres de comptes. « Aucune dépense relative à l’inauguration du 59, avenue de Ségur [le QG du candidat], le 11 janvier 2012, ne semble avoir été imputée au compte de campagne », constate par exemple la CNCCFP, toujours selon L’Express.

La vérification a donné lieu à un échange savoureux d’arguments entre les contrôleurs et l’équipe de François Hollande que le newsmag retranscrit en partie. Morceaux choisis. Le 27 avril 2011, l’équipe explique ainsi n’avoir inscrit aucune dépense au sujet d’une réunion publique à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) par le fait qu’il n’y a eu « aucune retombée médiatique » et que l’auditoire « n’a pas dépassé le cercle des militants PS ». Faux, rétorque alors la CNCCFP, coupures de journaux à l’appui.

Le camion de France 3 victime d’une crevaison

Même son de cloche à propos d’un meeting à Annequin (Nord) en juin 2011. « Les journalistes se sont perdus en route et le camion de France 3 a été victime d’une crevaison », se défend l’équipe d’Hollande…

Au final, et après de longs échanges et recherches administratives, les comptes ont fini par être validés par la Commission. Mieux, les experts se sont même aperçus que les soutiens de Hollande avaient compté 50.000 euros de frais supplémentaires.