La majorité acquise, les élus UMP se mettent au travail

Sa. C.

— 

Les députés UMP sont appelés mercredi à élire leur président de groupe et à désigner leur candidat à la présidence de l'Assemblée nationale, a-t-on appris lundi auprès du groupe UMP.
Les députés UMP sont appelés mercredi à élire leur président de groupe et à désigner leur candidat à la présidence de l'Assemblée nationale, a-t-on appris lundi auprès du groupe UMP. — Eric Feferberg AFP/Archives

A peine l’élection législative gagnée, le gouvernement se prépare à une rentrée parlementaire, prévue le 26 juin, qui promet d’être chargée. D’ici là, les élus auront d’autres échéances. Un coup d’œil sur le calendrier:

Lundi 18 juin:
François Fillon a présenté la démission de son gouvernement à Nicolas Sarkozy, qui le recevait le matin à l’Elysée. Il doit désormais plancher à un remaniement ministériel et trouver un remplaçant à Alain Juppé, futur ex-ministre d’Etat en charge de l’Ecologie. Un casse-tête annoncé. A l’issue de l’entretien entre les deux hommes, rien n’a filtré.  

Mardi 19 juin:
François Fillon doit présenter son nouveau gouvernement à Nicolas Sarkozy. Si celui-ci le valide, le Premier ministre devrait l’officialiser très vite, le jour même ou le lendemain.

Dans l’opposition, les 190 députés socialistes élus dimanche se réuniront à 11h30, à l'Assemblée nationale, pour faire le point sur les législatives et préparer l'élection de leur président de groupe.

Mercredi 20 juin:

Grosse journée en perspective. Après le conseil des ministres, où sera présenté le projet de loi sur le travail, l’économie et le pouvoir d’achat, Nicolas Sarkozy recevra les députés de sa majorité pour leur fixer leur feuille de route pour la session extraordinaire de cet été.
Le même jour, les députés UMP éliront leur nouveau président de groupe. La lutte entre François Copé, ancien ministre du Budget, et Christian Estrosi fait rage depuis plusieurs semaines, à l’avantage du premier qui se targue d’avoir le soutien de l’Elysée. Le second pourrait lui faire concurrence s’il n’est pas nommé secrétaire d’Etat.

Ce sera également le jour de l’élection du président de l’Assemblée. Sont candidats au perchoir Bernard Accoyer, ancien président du groupe UMP, et Patrick Ollier, élu en mars en remplacement de Jean-Louis Debré, nommé à la tête du Conseil constitutionnel.

Le 26 juin:

C’est la rentrée parlementaire. Les 577 députés éliront l’administration de l’Assemblée nationale, soit leur président, 6 vice-présidents, 3 questeurs et 12 secrétaires sous la direction du doyen des élus.
Les députés éliront ensuite les présidents des six commissions permanentes, dont la fameuse commission des Finances, que Nicolas Sarkozy s’est engagé à confier à l’opposition, au grand dam de Pierre Méhaignerie (UMP). Le nom du fabusien Didier Migaud circule…

Juillet:
La semaine suivante, François Fillon prononcera son discours de politique générale. Le mois de juillet, d’ores et déjà annoncé comme un marathon législatif, verra ensuite l’Assemblée débattre entre autre du projet de loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat.
Le Sénat sera également au travail: il planchera sur le texte consacré à la justice et à la récidive. Suivront la loi-cadre sur le service minimum et la réforme de l’université.

Août:
Trêve estivale à partir du 10 août avant la reprise des travaux en septembre. Les tout premiers jours du mois pourraient être consacrés au vote des textes de juillet n’ayant pas encore été adoptés.

Septembre:
Le gouvernement attaquera la rentrée avec un projet de loi très controversé, sur l’immigration, lors d’une session extraordinaire.