Les groupes parlementaires, nouveaux enjeux

Sa. C.

— 

L'UMP a remporté dimanche la majorité absolue aux élections législatives, selon les sondeurs, mais sa victoire n'est pas la vague bleue annoncée, les Français ayant, à participation quasi égale, fortement corrigé la tendance du premier tour au profit du PS.
L'UMP a remporté dimanche la majorité absolue aux élections législatives, selon les sondeurs, mais sa victoire n'est pas la vague bleue annoncée, les Français ayant, à participation quasi égale, fortement corrigé la tendance du premier tour au profit du PS. — Joël Saget AFP

De nouvelles batailles en perspectives. Alors que les élections présidentielle et législative sont terminées, la présidence des groupes parlementaires est le nouvel enjeu interne des partis dans les jours et les semaines à venir. Petit tour des noms qui circulent.

Le groupe PS :
Jean-Marc Ayrault, président sortant du groupe depuis 1997, a annoncé lundi sur RTL qu'il était candidat à sa succession.
«Il faut rénover profondément la maison et cela commence maintenant» a-t-il déclaré.
Si François Hollande a fait savoir lundi qu’il ne briguait pas le poste, Ayrault devrait avoir face à lui Jean Glavany, député PS des Hautes-Pyrénées, qui s'est déclaré la semaine dernière.
Aucune date n'a été communiquée s'agissant de l'élection du président du groupe. Les 190 députés socialistes se réuniront mardi à 11h30 à l'Assemblée nationale, pour faire le point sur les législatives et préparer l'élection de leur président de groupe.

Le groupe UMP :
Les députés UMP doivent élire leur nouveau président de groupe mercredi. La lutte entre François Copé, ancien ministre du Budget, et Christian Estrosi fait rage depuis plusieurs semaines, à l’avantage du premier qui fait méthodiquement campagne en appelant chaque député et se targue d’avoir le soutien de l’Elysée. Le second pourrait lui faire concurrence s’il n’était pas nommé secrétaire d’Etat.

Le groupe PCF-Verts (?) :
Alors qu’Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, a affirmé lundi sur i-Télé que les communistes pourraient former un groupe à l'Assemblée nationale «avec des non inscrits, avec des élus des DOM-TOM, avec des élus progressistes de gauche», le nom du président d’un tel groupe n’est pas encore arrêté.
Le groupe sortant était présidé par Alain Bocquet. Le député du Nord pourrait être candidat à sa propre succession.
Les députés communistes se réuniront mercredi à 11h pour élire leur président de groupe.

Le MoDem :
Si François Bayrou et trois autres députés sont parvenus à conserver leur siège dimanche, le Mouvement démocrate est privé de groupe parlementaire, qui requiert au moins 20 députés.

Le Nouveau Centre :
En revanche le Nouveau Centre, fondé par les ex-UDF ralliés à Nicolas Sarkozy, comptera au moins 21 députés. C'est François Sauvadet qui devrait devenir le président de ce groupe au Palais-Bourbon, selon le site du Nouvel Obs.