Grèce: Nicolas Sarkozy taclé par la majorité après ses déclarations sur le chef d’Etat

REACTIONS Les propos du président du parti Les Républicains sur le chef de l’Etat sont fustigés ce lundi…

A.-L.B. avec AFP

— 

Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, le 29 juin 2015 à Madrid
Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, le 29 juin 2015 à Madrid — Gérard Julien AFP

Manuel Valls a demandé lundi à Nicolas Sarkozy d’être « à la hauteur de ses responsabilités » plutôt que d'« affaiblir la position de la France », après les déclarations de l’ancien chef de l’Etat demandant à François Hollande de se ressaisir.

Suivez tous les développements sur la situation entre la Grèce et les partenaires européens dans notre live du jour

Depuis Bruxelles, où il a assisté à une réunion du Parti populaire européen (PPE), Nicolas Sarkozy a demandé dimanche à François Hollande qu’il « se ressaisisse » dans le dossier grec, jugeant « indispensable » un « leadership franco allemand » alors que Paris et Berlin se divisent dans le dossier grec.

« Envie de revanche »

« Quand on est un ancien chef de l’Etat, un ancien président de la République, on n’affaiblit pas la position de la France. On aide son pays quoi qu’il arrive. On dépasse les petits clivages et les petites positions », a réagi Manuel Valls sur France Inter.

Même son de cloche de la part du porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. Le ministre a expliqué sur France Info : « Je ne comprends pas que la droite française, sauf à être dans l’idée -et c’est malheureusement ce qui caractérise Nicolas Sarkozy- qu’il n’y a que la revanche après la défaite de 2012 qui compte, qu’elle puisse perdre comme cela le sens de l’Histoire. Le sens de l’Histoire, c’est que le couple franco-allemand est essentiel à la construction du projet européen », a poursuivi Stéphane Le Foll.

« Ce n’est pas responsable en tout cas, en plein sommet, d’aller à Bruxelles pour s’immiscer dans une discussion. Mais de toute façon ça n’a pas été vraiment noté et ça n’aura pas d’influence ni d’impact », a-t-il ajouté.

Le député et porte-parole du PS Olivier Faure s’est lui aussi fendu d’un tweet sur le couple politique franco-allemand :