Loi Macron: Un amendement autorisant un projet d’enfouissement de déchets radioactifs fâche les écologistes

NUCLEAIRE L'amendement en question entérine le projet Cigeo censé accueillir d’ici 2025 les déchets radioactifs les plus dangereux à 500 mètres sous terre...

B.D.

— 

Illustration Assemblee nationale drapeau francais.
Illustration Assemblee nationale drapeau francais. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Un "coup tordu" dénoncé par les élus et associations écologistes. Un amendement autorisant un projet d’enfouissement de déchets radioactif a été ajouté mercredi à la loi Macron, votée à l’Assemblée Nationale.

Alors que le texte était une nouvelle fois soumis aux députés, il a été enrichi mercredi matin par la commission spéciale de l’Assemblée nationale, chargée d’étudier les amendements du Sénat, d’un amendement sur les déchets radioactifs proposé par le sénateur de Moselle Gérard Longuet (Les Républicains).

« Coup tordu, coup de force »

L’amendement en question entérine le projet Cigeo (Centre industriel de stockage géologique), censé accueillir d’ici 2025 les déchets radioactifs les plus dangereux à 500 mètres sous terre dans des couches d’argile, à Bure (Meuse), près de Nancy. Il a été vivement dénoncé par le Cedra (Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs), qui l’a jugé « aberrant, effarant », le qualifiant de « coup tordu, coup de force ».

Le collectif écologiste rappelle dans un communiqué que François Hollande « s’était positionné en 2000 contre l’enfouissement des déchets nucléaires lorsqu’il était député en Corrèze », tout comme Ségolène Royal « en 1987-1990 quand elle fut députée dans les Deux-Sèvres », et que le chef de l’Etat, « suite au drame de Sivens, s’était engagé à appliquer une réelle démocratie participative dans les dossiers environnementaux ».

Des élus écologistes se sont également soulevés contre l’amendement en question. Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée Nationale et député Europe Ecologie Les Verts, s’est indigné sur Twitter, dénonçant le manque de « démocratie environnementale » pourtant « appelée de ses voeux par François Hollande ».

Il a également signé, au côté de François de Rugy et Barbara Pompili, coprésidents du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, Michèle Bonneton, députée de l’Isère, et Jean-Louis Roumégas, député de l’Hérault, un communiqué dénonçant un « insupportable coup de force », et sous-entendant que le Conseil Constitutionnel, au vu de l’inadéquation de cet amendement avec le reste de la loi Macron, retoquera le texte.

Denis Baupin a promis sur Twitter que « le combat contre CIGEO se poursuivra, juridiquement, médiatiquement, politiquement ».