Mort de Charles Pasqua: Jacques Chirac «perd un compagnon et un ami»...

LIVE Retrouvez toutes les réactions au décès de Charles Pasqua...

F.F.

— 

Charles Pasqua à son arrivée au palais de justice le 18 mai 2015 à Versailles
Charles Pasqua à son arrivée au palais de justice le 18 mai 2015 à Versailles — KENZO TRIBOUILLARD AFP

12h30 : Jacques Chirac « perd un compagnon et un ami »

« Jacques Chirac a appris avec une très grande tristesse la disparition de Charles Pasqua. C’est un homme de conviction, de passion pour la France, un grand serviteur de l’État, qui s’en va », déclare l’ex-chef de l’Etat dans un communiqué transmis à l’AFP par sa fille Claude. « Jacques Chirac perd un compagnon et un ami. Bernadette et Jacques Chirac s’associent au deuil de la famille et présentent à son épouse Jeanne leur très sincère sympathie », peut-on également lire.

10h39: Bruno Le Maire (LR) respectait «le résistant et pour le gaulliste»

Le député et ex-ministre Bruno Le Maire (Les Républicains) : «J'avais beaucoup de respect pour le résistant et pour le gaulliste, a-t-il dit sur France Inter. C'est un homme que je ne connaissais pas bien mais ce qu'il a fait comme jeune résistant à l'âge de 15 ans , chapeau, beaucoup de respect».

10h37: Michel Sapin salue une «personnalité très contrastée»

 

Michel Sapin, ministre PS des Finances : «C'est une personnalité très contrastée avec quelque chose de jovial, quelque chose de drôle mais aussi une part d'ombre, a-t-il dit sur France 2. Une part d'ombre dont on a vu les traces en particulier devant les tribunaux, mais je veux regarder aujourd'hui, au lendemain de sa disparition, la personne joviale et pleine d'entrain»

10h30 : «Ç'était un homme aux convictions fortes», dit Edouard Balladur

L'ex-Premier ministre Edouard Balladur (Les Républicains) : «C'est avec émotion et tristesse que j ai appris la mort de Charles Pasqua. Ç'était un homme aux convictions fortes, passionnément attaché à la France»

09h40: Pasqua vu par les rappeurs

Charles Pasqua a inspiré le rap des années 90. Libération a compilé les couplets parlant de celui qui était alors ministre de l'Intérieur. A lire par ici.

9h28: « La France perd l’un de ses plus grands serviteurs », dit Sarkozy

Nicolas Sarkozy, qui a longtemps travaillé avec Charles Pasqua, a écrit un communiqué pour rendre hommage à l'ancien ministre. Evoquant «une très grande tristesse et une très vive émotion», l'ancien chef de l'Etat salue un « gaulliste, homme d’engagement et de convictions». « Charles Pasqua aura marqué de son empreinte la vie politique et publique de la Ve République, ajoute-t-il. Il était l’incarnation d’une certaine idée de la politique et de la France, faite d’engagement, de courage et de convictions. Ce soir, la France perd l’un de ses plus grands serviteurs. »

9h26: L'hommage à la Robert Ménard

9h23: Alain Juppé retient le « résistant » et le « gaulliste »

9h10: « Son passage au ministère de l'Intérieur a marqué les esprits », affirme Ciotti
« Son passage au ministère de l'Intérieur a marqué les esprits. Sa fermeté envers les terroristes, sa proximité et son respect pour les forces de l'ordre, son langage de vérité, lui ont valu la réputation d'un homme d'Etat déterminé et courageux », juge Eric Ciotti, président (républicain) du conseil départemental des Alpes-Maritimes.

9h: Fillon salue une « figure du gaullisme »
Sur son blog, François Fillon a salué « une figure du gaullisme, un compagnon de la France toujours libre, la France populaire et fière de son drapeau et de ses valeurs. Charles Pasqua incarnait l’autorité de la République à une époque où il était de bon ton de moquer la loi ». D'après lui, « il incarnait la souveraineté nationale en un temps ou il était à la mode de célébrer la mondialisation 'heureuse' ».

8h52: A Solférino aussi

8h45: Laurent Wauquiez parle de «gaullisme indéfectible»

8h30: Nadine Morano dit sa tristesse 

>> Les journalistes politiques aussi ont réagi

 

8h15: Patrick Devedjian fait part de «la profonde tristesse des élus» des Hauts-de-Seine

7h50: Jean-Luc Mélenchon  rend hommage à «un républicain qui n'avait pas peur»

Invité de France Info ce mardi matin, il a d'abord évoqué Malik Oussekine avant de saluer la mémoire de Charles Pasqua: «Dans ma génération, son souvenir est surchargé par la mort de Malik Oussekine. Et par l'enfer qu'il a créé pour les gens qui sont comme moi nés en Afrique du Nord puisque nous sommes des suspects chaque fois qu'on change de papiers d'identité (...) Mais je voudrais pas résumer à ça sa  vie» (...) «Cette homme était marqué par la résistance, un anti-communisme absolument féroce, et un républicain qui n'avait pas peur. Je le croise au Sénat et je lui dis 'Dis donc Charles, c'est toi qui a expulsé 43 diplomates américains". -"Non c'est pas moi". -"Mais si c'est toi." -"Non moi j'ai expulsé 43 espions américains".»

7h46: Manuel Valls salue une «voix originale et parfois controversée»

Pour le Premier ministre, Charles Pasqua incarnait «une certaine idée de la France».

 

7h41: Christian Estrosi, député-maire de Nice (LR), va mettre Nice en berne

«En hommage à Charles Pasqua, les drapeaux de la Ville de Nice seront en berne jusqu'à ses obsèques», indique-t-il dans un communiqué.

7h39: Ian Brossat (adjoint PCF à la mairie de Paris) pense à Malik Oussekine

Le jeune homme de 22 ans avait été tué par la police en décembre 1986 à l'issue d'une manifestation étudiante.

 

7h38 : Jean-Claude Gaudin salue sa «lutte sans relâche contre le terrorisme»

Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille (LR) : «Au-delà de la truculence et du verbe de cet enfant de la Corse, je retiens d'abord le parcours d'un homme droit et déterminé à combattre, depuis la Résistance, pour la défense des valeurs de la République [...]. La lutte résolue et déterminée qu'il a menée sans relâche contre le terrorisme en tant que ministre de l'Intérieur trouve une résonance toute particulière au regard de l'actualité récente»

>> Toutes les réactions de lundi soir à retrouver par ici

07h31: François Hollande salue «la mémoire d'un gaulliste»

Le président a réagi ce mardi matin. Il «salue la mémoire d'un gaulliste qui fut deux fois Ministre de l'intérieur», indique le communiqué de l'Elysée.

«Dans des conditions difficiles et éprouvantes», Charles Pasqua «a animé de toute sa personnalité la vie politique française», souligne François Hollande qui «adresse à sa familles et ses proches ses sincères condoléances».

Le monde politique n'en finit pas de rendre hommage à celui qui aura imprimé sa marque par deux fois au ministère de l'Intérieur. Au lendemain du décès de Charles Pasqua, politiques de gauche comme de droite saluent cette personnalité controversée du gaullisme, fier de ses origines corses et qui aura connu plusieurs démêlés avec la justice.