Mort de Charles Pasqua: François Hollande salue «la mémoire d'un gaulliste»

LIVE Toute la famille gaulliste a rendu hommage à l'un de ses membres historiques, décédé ce lundi...

P.B.

— 

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet et Charles Pasqua lors du congrès fondateur des Républicains le 30 mai 2015 à Paris
Nicolas Sarkozy, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet et Charles Pasqua lors du congrès fondateur des Républicains le 30 mai 2015 à Paris — CHARLY TRIBALLEAU AFP

00h30: On s'arrête là pour ce soir

Rendez-vous dès 7h00 pour la matinale. En attendant, on revient en images sur la longue et sulfureuse carrière de ce parrain de la politique française.

23h45: «Un interlocuteur respectueux et constructif», selon Huchon

Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France (PS), par communiqué: «Pour le président de Région que je suis, Charles Pasqua a été un interlocuteur respectueux et constructif, comme conseiller régional, mais surtout à la tête du département des Hauts-de-Seine. Gaulliste de tout son être, il a su dépasser les clivages partisans dans l'intérêt des alto-sequoinais. Au-delà des péripéties de la vie politique, je veux me souvenir des qualités humaines de l'homme : sa faconde, son redoutable sens de l'humour et la force de son engagement républicain»

23h40: Un «patriote» pour Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen, ancien président du FN, sur BFMTV: «C'était un patriote (...) Nous avions des rapprochements et des points de divergence.»

23h35: «Un arrière-goût de Ricard», s'amuse Bernard Debré

Le député de Paris a réagi sur BFMTV: «C'est une page du gaullisme qui se tourne» «Malgré son arrière-goût de Ricard, il savait faire montre d'une grande détermination.»

23h30: "Pas de démocratie sans souveraineté nationale» pour Philippe de Villiers

«Charles Pasqua défendait la France et la démocratie car il n y a pas de démocratie sans souveraineté nationale», déclare sur BFMTV de Villiers, qui avait créé avec Pasqua le Rassemblement pour la France en 1999.

23h25: «Le gaullisme des tripes» pour Karoutchi

Le sénateur des Hauts de Seine était un proche de l'ancien ministre de l'Intérieur.

23h20: Christine Boutin et le sourire «malicieux» de Pasqua

23h15: La «tristesse» de Philippot

Le vice-président du FN sur Twitter:

23h10: Cazeneuve salut «la mémoire» de Pasqua

C'est l'une des rares voix à gauche, lundi soir. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a salué lundi soir la mémoire de l'ancien ministre gaulliste Charles Pasqua, décédé lundi à l'âge de 88 ans. "M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, salue la mémoire de M. Charles Pasqua, dont la carrière politique fut notamment marquée par deux passages au ministère de l'Intérieur. Il adresse à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances républicaines", indique un bref communiqué du service de presse de la place Beauvau.

23h05: NKM salut l'«instransigeance» de Pasqua

23h00: François Fillon a «le coeur fendu»

«Avec la disparition de Charles Pasqua nous perdons une figure du gaullisme, un compagnon de la France toujours libre, la France populaire et fière de son drapeau et de ses valeurs.Charles Pasqua incarnait l'autorité de la République à une époque ou il était de bon ton de moquer la loi. Il incarnait la souveraineté nationale en un temps ou il était à la mode de célébrer la mondialisation »heureuse«. Aujourd'hui, personne n'oserait dire qu'il était totalement d'un autre temps.L'homme était chaleureux avec tous ; il était expert des arcanes politiques mais aussi des faiblesses et des forces humaines. Sa faconde ensoleillait la grisaille de l'univers politico-médiatique. Avec lui, pas de langue de bois : la France était la France debout et la République était non négociable. Charles, c'était une voix rocailleuse, un regard malicieux, une colère tendre pour la nation qu'il aimait.Ce soir, sa mort »me fend vraiment le coeur«.J'adresse à sa famille et à ses amis l'expression de mes sentiments attristés.»

22h55: «La France perd l'un de ses plus grands serviteurs», écrit Sarkozy

22h50: «Terroriser les terroristes», ironise Lionnel Luca

Le député des Alpes Maritimes s'amuse du débat actuel au PS sur la guerre des civilisations.

22h45: Jean Tibéri ne l'«oubliera jamais»

Tous les anciens du RPR réagissent. Jean Tibéro était sur BFMTV: «Nous perdons beaucoup, je ne l'oublierai jamais». On attend vos blagues sur les électeurs fantômes.

22h40: «Notre père à tous», réagit Patrick Balkany

L'élu des Hauts de Seine était surtout France Info: «Nous sommes tous effondrés, les élus des Hauts-de-Seine. Charles Pasqua était notre père a tous.»

22h30: Thierry Mariani «orphelin», Xavier Bertrand «triste»

Les anciens ministres réagissent sur Twitter.

22h20: «La terreur de la pensée unique», pour Dupont-Aignant

Par communiqué, le député de l'Essonne estime encore que Pasqua était «la terreur de la pensée unique». «Meneur du non en 1992 et en 2005 contre la dissolution de la France au sein d'une Union Européenne chimérique et délétère, vainqueur inespéré des Européennes de 1999, défenseur du septennat contre un quinquennat qui a défiguré l'action publique, Charles Pasqua, a inlassablement terrorisé la pensée unique. »

22h15: «Un homme de convictions amoureux de la France», selon Eric Ciotti

Le député des Alpes Maritimes rend hommage à la «passion» de Pasqua.

22h10: Un «résistant de la première heure», rappelle Juppé

22h00 L'hommage des Hauts-de-Seine

«Charles Pasqua, Président du Conseil général des Hauts-de-Seine de 1973 à 1976 et de 1988 à 2004, est décédé ce jour à l'hôpital Foch, dans ce département des Hauts-de-Seine qu'il a tant marqué de sa présence. L'ensemble des élus fait part de sa profonde tristesse et adresse à sa famille ses sincères condoléances», écrit Patrick Devedjian dans un communiqué.