Une élue FN de l'Yonne dit avoir été «candidate à son insu»

DEPARTEMENTALES En mars, Erika Roset et son binôme Claude Thion avaient été le seul binôme FN à être élu en Bourgogne...

N.Beu. avec AFP

— 

Logo du FN
Logo du FN — DAMOURETTE/SIPA

Le RPR avait ses faux électeurs, le FN aurait-il, lui, ses faux candidats? Erika Roset,  élue en mars conseillère départementale FN dans l'Yonne, a en effet déclaré jeudi à France Bleu Auxerre avoir quitté le parti après avoir été candidate «à son insu».

Erika Roset a dit avoir «après maintes et maintes pressions, accepté d'être suppléante» et avoir appris «par une amie» sa candidature aux élections départementales en mars dernier dans le canton de Villeneuve-sur-Yonne. En mars, Erika Roset et son binôme Claude Thion avaient été le seul binôme FN à être élu en Bourgogne. Claude Thion a démissionné de son mandat le 19 mai, invoquant des raisons professionnelles. Son remplaçant André Fischer ayant refusé de prendre sa suite, une élection partielle est organisée les 5 et 12 juillet.

Le FN dément

De son côté, Erika Roset a estimé dans son interview s'être «retrouvée dans une spirale» qu'elle n'avait «pas souhaitée». «Par loyauté, j'ai fait le choix d'être silencieuse», a-t-elle ajouté, précisant «partager certaines bonnes idées» du parti de Marine Le Pen. «Parachutée à son insu», elle a toutefois décidé «d'assumer» son rôle de conseillère départementale, tout en ayant démissionné du parti depuis «le 1er juin».

Le responsable départemental du FN dans l'Yonne, Julien Odoul, a jugé les propos de Erika Roset «assez surprenants». «Elle savait très bien qu'elle était candidate, elle faisait campagne avec Claude Thion», a-t-il souligné, réfutant toute «pression» de la part du parti. Selon Julien Odoul, «les premiers pas au conseil départemental d'Erika Roset et Claude Thion avaient été très difficiles car ils étaient seuls face à une majorité extrêmement hostile». «Les électeurs se sentent trahis et extrêmement déçus de l'attitude de Claude Thion et d'Erika Roset», a ajouté le responsable du parti, tout en considérant ces défections comme «anecdotiques».