Grèce: Valls estime qu'il y a encore «beaucoup de travail»

EUROPE Pour le Premier ministre, l'Allemagne sur la Grèce, ont « la même vision et les mêmes objectifs visant à préserver la zone euro»...

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls, le 23 juin 2015. AFP PHOTO / DANIEL ROLAND
Manuel Valls, le 23 juin 2015. AFP PHOTO / DANIEL ROLAND — AFP

Le Premier ministre français Manuel Valls a estimé mardi à Francfort (ouest de l'Allemagne) qu'il restait «encore beaucoup de travail à faire» pour parvenir à un accord entre Athènes et ses créanciers pour éviter le défaut de paiement de la Grèce.

«Les bases d'un accord sont réunies mais il reste encore beaucoup de travail à faire», a-t-il souligné après avoir rencontré le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, et les membres du directoire de l'institution.

«Les lignes bougent (...), le gouvernement grec a pris ses responsabilités et formulé des propositions courageuses, qui ont été accueillies positivement, même s'il a pu y avoir des nuances», a complété Manuel Valls un peu plus tard lors d'une rencontre avec la presse francfortoise.

Les parties se sont rapprochées lundi

«Les mesures présentées par les Grecs sont sérieuses et responsables», a-t-il insisté. «Il appartient maintenant aux autorités grecques, au gouvernement grec d'intégrer les éléments du débat de la nuit dernière et de faire en sorte que chacun soit convaincu de sa bonne volonté de s'engager vers la voie des réformes», a ajouté le Premier ministre.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et les autres dirigeants européens se sont rapprochés d'un accord dans la nuit de lundi à mardi, lors d'un sommet extraordinaire à Bruxelles, sur les réformes que doit engager la Grèce si elle veut recevoir une aide financière de plus de 7 milliards d'euros.

«Il reste encore du travail et des étapes à franchir», a martelé Manuel Valls. «Il faut avoir confiance, mais il faut travailler pour rapprocher tous les points de vue», selon lui.

La France et l'Allemagne ont la même vision

A ce sujet, le Premier ministre français a évoqué des «convergences» avec l'Allemagne sur la Grèce, «avec la même vision et les mêmes objectifs visant à préserver la zone euro».

«C'est ensemble (France et Allemagne, ndlr) que nous essaierons de trouver un accord», a-t-il poursuivi, estimant que la zone euro jouait «sa crédibilité» dans le dossier grec.

Manuel Valls a encore indiqué qu'il avait évoqué avec Mario Draghi la Grèce et «les conditions de la reprise aujourd'hui en Europe et dans la zone euro ainsi que la situation de la France». Il a dit avoir exposé «longuement» devant le directoire de la BCE «la situation économique française et les réformes que nous devons engager».