Les législatives minute par minute

EN DIRECT Tous les évènements et les rumeurs de la journée...

La rédaction de 20minutes

— 

Quarante-six pour cent des électeurs affirment qu'ils voteront au second tour de l'élection présidentielle par rejet de l'autre candidat, contre 51% par adhésion au candidat qui recevra leur suffrage, selon une étude TNS Sofres pour RTL et Le Monde, rendue publique dimanche.
Quarante-six pour cent des électeurs affirment qu'ils voteront au second tour de l'élection présidentielle par rejet de l'autre candidat, contre 51% par adhésion au candidat qui recevra leur suffrage, selon une étude TNS Sofres pour RTL et Le Monde, rendue publique dimanche. — Philippe Huguen AFP/Archives
Pour actualiser, cliquez ici

La carte des résultats, actualisés toute la soirée

Lundi

1h05:
Selon des résultats définitifs, 105 circonscriptions sur 577 ont été pourvues au premier tour des élections législatives, annonce le ministère de l'Intérieur. Une seule d'entre elles est allée à la gauche. Le socialiste Michel Lefait a en effet été est réélu, avec 51,97% des voix, dans la 8e circonscritpion du Pas-de-Calais à Saint-Omer. Le héros de la gauche a même un site internet, qui n'est plus mis à jour depuis le 9 septembre 2002. A 1h20, il y avait 6677 personnes qui l'avait visité...

00h51:
L'UMP a remporté 39,54% des voix au premier tour des élections législatives dimanche et le PS 24,73%, selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur.

00h30:
Le maire du XXe arrondissement et député sortant Michel Charzat (dissident PS) est éliminé au premier tour de l'élection législative dans la 21e circonscription de Paris (XXe arrondissement), avec 14,1% des voix, et le second tour opposera Mme George Pau-Langevin (PS) à Raoul Delamare (UMP).

Dimanche

23h15:
Les Verts parisiens en appellent au MoDem pour garder leurs circonscriptions

22h55: C'est le premier de la soirée.
Le socialiste Michel Lefait est réélu, dès le premier tour, avec 51,97% des voix, dans la 8e circonscritpion du Pas-de-Calais à Saint-Omer.

22h50:
Dans la 5e circonscription du Val d'Oise (Argenteuil Bezon), sur la dalle d'Argenteuil Faouzi Lamdaoui (PS) est devancé par Georges Mothron (UMP). Sur lieux où Sarkozy avait parlé de racailles, l'UMP renverse donc le résultat du second tour de la présidentielle, où Royal l'avait très largement emporté.

22h44:
«Sarkozy aura la majorité qui lui permettra, comme il l'a dit, de tenir ses promesses, et certainement bien d'autres promesses de mauvais coups envers les classes populaires. Mais s'il se croit les mains libres, il a tort», assure Arlette Laguiller dans un communiqué.

22h42: L'UMP Pierre Bédier arrive largement en tête dans les Yvelines, alors que Ségolène Royal avait fait un bon score à la présidentielle, preuve que les jeunes des cités ne sont pas allés voter.

22h41: Joëlle Ceccaldi-Raynaud
élu dans la 6e circonscription des Hautes-de-Seine, avec 52,68%.

22h39: Des estimations donnent DSK en ballottage à Sarcelles dans le Val-d'Oise, talonné par l'UMP.

22h27:
En Seine-Saint-Denis, tous les députés PCF sortant seraient reconduits au second tour. Sauf à la Courneuve, où le socialiste Daniel Goldberg arrive en tête à cause d'une division intrerne au PCF.

22h25:
Le secrétaire général délégué de l'UMP Patrick Devedjian estime qu'il était dans «l'intérêt du pays» que la gauche «se réforme» et que la droite «l'associerait autant qu'elle le peut» aux «responsabilités».

21h53:
Selon un sondage un CSA, Arno Klarsfeld parachuté dans la 8e circonscription de Paris (le XIIe arrondissement) est à égalité avec la socialiste Sandrine Mazetier, à 34,1% des voix.

21h48:
Le président du MoDem François Bayrou a annoncé dimanche que son parti examinerait «au calme et au cas par cas» la situation avant de décider d'éventuels désistements pour le second tour des législatives.

21h35: Dans la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis
, le PCF François Asenti devance l'UMP Martine Valleton, après un scrutin marqué par la forte démobilisation des jeunes qui avaient voté pour Ségolène Royal.

21h33:
Pendant qu'au QG de l'UMP, les ténors du parti sont au boulot, Nicolas Sarkozy est à Versailles à la Lanterne, une résidence officielle, «en liaison permanente» avec Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, qui le tenait informé des résultats du premier tour des législatives.

21h27:
Le Parti communiste français (PCF) appelle à «une désistement républicain général, loyal et déterminé», pour «élire le plus grand nombre de députés de gauche» au deuxième tour des législatives, dans un communiqué.

Marine Le Pen en ballottage, avec 24,47% des voix, face au socialiste Albert Facon (28,24%).

21h24:
François Bayrou, président du MoDem, explique le faible score de son mouvement par le fait que ses candidats s'étaient «battus» dans «une période trop courte pour s'imposer et se faire entendre».

Suivez tous les résultats de Paris en direct


21h11:
Dans le fief historique de Jacques Chirac, à Ussel, dans la troisième circonscription de Corrèze, la Divers gauche Colette Bergougnoux n'a pas recueilli une seule voix. Pour qui a-t-elle voté?

21h10:
A Stains, l'une des villes de la 4e circonscription de Seine-Saint-Denis, on débouche le champagne pour Marie-George Buffet. La secrétaire générale du PCF a accru de 10 points son score, par rapport à 1997, passant de 28,56% à 37,7%. Avec les autres candidats de gauche, elle totalise 60% des voix.

21h03:
Le Front National «a enregistré un revers mais le Front national n'est pas mort», déclare sur France 2, Marine Le Pen, candidate FN dans le Pas-de-Calais.

20h53:
La ministre de la Justice, Rachida Dati, se déclare sur TF1 satisfaite «de voir les Français revenir dans le champ républicain», dans une allusion à la faiblesse du score de l'extrême droite.

20h52:
Le président du Modem, François Bayrou, juge que la «vague» UMP crée un «déséquilibre dans les institutions».

20h50:
La nuit électorale de l'UMP sera des plus sobres. Le quartier général du parti n’accueillera que la presse et les politiques pour une «soirée de travail» et d'analyse de résultat du premier tour des élections législatives.

20h42: Marine Le Pen
au second tour. D'après les résultats de 89 % des dépouillements, dans la 14e circonscription du Pas-de-Calais le député PS sortant Albert Facon devance de 4 points sa rivale FN Marine Le Pen (28,65 % contre 24,65 %).

Christian Vanneste, député sortant UMP à Tourcoing condamné pour des propos jugés homophobes, est très largement en tête dans son fief. Avec plus de 45 % de voix, il devance de loin la candidate (PS) Najat Azmy (22 %). Le FN tombe à 8,5 %, au lieu de 19,7 % il y a cinq ans.

20h40:
Pour le sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon le PS doit être «capable d'admettre que c'est un très dur revers».
Le ministre de la Défense Hervé Morin, chef de file des centristes ralliés à Nicolas Sarkozy, a été réélu dimanche député de la 3ème circonscription de l'Eure (Bernay) avec 50,05% des suffrages, a-t-on appris à la préfecture de l'Eure.

20h35:
«Le premier tour confirme votre volonté de donner un cap à la France,» a salué François Fillon, ajoutant que ces résultats témoignaient d'une «espérance pour rompre avec les échecs du passé».

20h30:
Le président du Front national (FN) Jean-Marie Le Pen a regretté dimanche soir sur TF1 que son mouvement ne soit pas représenté à l'Assemblée nationale, qualifiant Nicolas Sarkozy d' «illusionniste» qui «va devoir descendre de scène».

Le député européen Jean-Luc Benhamias, ex-Verts rallié au Mouvement des démocrates de François Bayrou, a déclaré dimanche sur France 2 que le MoDem déciderait «au cas par cas» et «en toute transparence» de ses désistements en cas de triangulaire UMP-PS-Modem.

20h25: Ségolène Royal
appelle également les électeurs de gauche à venir voter et à ne pas être «fatalistes». «D'autres urnes, aujourd'hui, peuvent parler. La République a besoin de respirer, il faut une gauche qui surveille et qui propose,» a-t-elle ajouté. Elle s'est particulièrement adressée aux jeunes.

20h18 :
«Il faut que la gauche se remette en cause profondément» car il ne lui «suffira pas de dénoncer les excès du gouvernement pour retrouver le pouvoir», a estimé dimanche soir Dominique Voynet (Verts) sur France 3, à l'issue du premier tour des législatives.

20h15: Marielle de Sarnez
, vice-présidente de l'UDF et candidate UDF-MoDem aux législatives à Paris, a jugé que les résultats du premier tour des élections législatives n'étaient «pas une bonne chose pour la démocratie».
A gauche, l'ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn a estimé dimanche, sur France 2, qu'«avoir 400-450 députés de droite et un petit nombre de députés de gauche, ça rend impossible le débat démocratique» à l'Assemblée nationale.

20h12 :
L'ancien Premier ministre PS Laurent Fabius a lancé dimanche soir sur TF1 un appel au «sursaut» et à la «mobilisation» pour un «équilibrage» droite-gauche en vue du second tour des législatives, estimant que «le résultat n'est pas acquis». Sur France 2, François Hollande, qu parle d'un résultat «honorable» pour le PS, appelle «les électeurs à se mobiliser au second tour pour faire respecter la diversité des opinions à l'Assemblée».

De son côté, le ministre de l'Economie, Jean-Louis Borloo, estime sur TF1 que «le peuple français, y compris beaucoup de gens de gauche, souhaite quand même donner sa chance au gouvernement, avec un Parlement qui travaille en harmonie avec lui».

20h10 :
Le ministre du Travail Xavier Bertrand déclare que le score de la majorité au premier tour des élections législatives traduisait «un vote de confiance» et «un vote d'exigence».

20h09 : Arnaud Montebourg,
le candidat socialiste de la 6e circonscription de Saône-et-Loire, est crédité de 41,9% des voix au 1er tour des législatives dimanche et est devancé par Arnaud Danjean (UMP), qui obtient 44,3%, selon une estimation CSA/Cisco.
Le candidat du MoDem (Mouvement Démocrate), Eric Michoux, arrive en 3e position avec 4,9%. Les autres candidats de gauche, au nombre de quatre (LO, LCR, PC, Verts), recueillent au total 4,3% des suffrages, contre 4,1% pour ceux de droite (MPF, FN, MNR). Claude Menancy, étiqueté «divers écologiste», obtient lui 0,5%.

20h08 :
Le député sortant UMP Roland Chassain, avec 39,1% des voix, arriverait en tête dimanche devant le socialiste Michel Vauzelle (33,4%), au premier tour des législatives dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, selon une estimation CSA/CISCO.
Aucun des 14 autres candidats ne franchirait la barre des 12,5% des inscrits, selon cette estimation. Un duel devrait donc opposer le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur à Roland Chassain.
Selon cette estimation, le candidat communiste Jean-Marc Charrier réunirait 7,4% des suffrages, Viviane Ricard (FN) 5,8%, Gilles Ayme (MoDem) 4,9% et Bruno Leclerc (LCR), 2%.
Tous les autres candidats recueilleraient moins de 2% des suffrages. L'abstention, selon cette estimation, atteindrait 39,1% des voix.

20h07: Marine Le Pen
y est presque. Sur 36 % des électeurs, la candidate du FN dans la 14e circonscription du Pas-de-Calais talonne le député sortant Albert Facon (PS) avec 23 % des suffrages, contre 23,5 % à Albert Facon.

20h05 : François Bayrou
, le leader du MoDem (Mouvement Démocrate), serait en ballottage favorable avec 38,4% des voix dans la 2ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques où les candidats UMP et PS seraient en mesure de se maintenir au second tour des législatives, selon une estimation CSA-Cisco.

20h03:
L'ancien Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a affirmé dimanche sur TF1 que l'UMP avait un «devoir d'ouverture», après son «succès» au premier tour des élections législatives.

20h:
Pour connaître les résultats, c'est ici. Et la projection par siège, là.
Le Premier ministre François Fillon est élu au premier tour député de la 4e circonscription de la Sarthe avec plus de 55% des votes, a annoncé à l'AFP son suppléant Marc Joulaut à Sablé-sur-Sarthe, peu avant la publication des résultats officiels.

Le FN en chute libre à Tourcoing. D'après nos informations, les premières projections dans la 10e circonscription du Nord (Tourcoing) préparent un duel classique UMP-PS au second tour. Avec un FN aux alentours de 10 %, au lieu des 19,7 % récoltés en 2002 avec le même candidat.

Pas de changement à Lille. Sur la 3e circonscription, briguée par le PS mais détenue par l'UMP Christian Decocq, les résultats plaident nettement en faveur du député sortant. Ce dernier réduit l'écart de voix de 700 (en 2002) à 70 avec son concurrent socialiste Alain Cacheux dans la ville la plus à gauche, Mons-en-Barœul.

19h39:
Les bulletins d’une demi-douzaine de petits candidats aux législatives manquaient à l’appel aujourd’hui, dans certains bureaux de vote de la région nantaise. Il s’agissait, pour l’essentiel, de candidats du RIC (Rassemblement pour l’initiative citoyenne) et du Parti humaniste.

19h01:
François Fillon n'a pas attendu les résultats du premier tour des législatives pour réunir à Matignon des membres de son gouvernement et plusieurs dirigeants de la majorité. Cette réunion devait se poursuivre jusqu'à 20h. Le Premier ministre doit faire une déclaration vers 20h30.

18h58:
La dégringolade de la participation se poursuit. Selon la mairie de Lille, le taux de participation dans la capitale des Flandres n'est que de 49% contre 51,4% au premier tour des législatives en 2002.

18h45 :
Les sites d'informations suisses et belges sont saturés. Et pour cause, deux élections législatives se déroulent en même temps, en France et en Belgique. Si les résultats des législatives belges sont déjà partiellement disponibles, les internautes français se cassent le nez en espérant trouver les premières estimations sur le site de la rtbf, du «Soir» ou du «Temps». Seule la participation, ou plutôt l'absention, est indiquée.

18h40 :
Nicolas Sarkozy vote dans son bureau électoral de l'île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine, où il est arrivé en compagnie de son épouse Cécilia et une des filles de cette dernière Jeanne-Marie.

18h39 :
Cachez ce bulletin que je ne saurais voir. Interruption d'un quart d'heure du dépouillement à la mairie de Lille. Une série de dépouillement a livré 101 bulletins pour 100 enveloppes. Lequel était le surnuméraire? Après un quart d'heures de palabres, c'est le tas le plus fourni qui livre le coupable : le député sortant Bernard Derosier (PS) aura une voix de moins. Mais il paraît largement en tête sur les premiers bureaux.

18h38:
A 17h, la participation était en baisse en Haute-Garonne par rapport au premier tour de 2002 : 45,06% aujourd'hui contre 47,1% en 2002 et 74,75% le 22 avril dernier. En Midi-Pyrénées également avec 50,17% aujourd'hui, contre 53,03% en 2002.

18h20:
Alors que le dépouillement a débuté depuis vingt minutes, attroupement dans le hall de la mairie de Lille: devant la télé, pour regarder les dernières minutes de la finale de Roland-Garros.

18h:
Si des électeurs de la 18e circonscription de Paris avaient une folle envie de voter pour Gustave Peyre ou Maryse Vermis, il leur fallait écrire à la main leur nom sur un papier. Les deux candidats n'avaient en effet pas fait imprimer de bulletin à leur nom. «Une rareté», convient Christophe Caresche député PS sortant, qui ajoute : «C'étaient des candidats fantaisistes, qui n'avaient pas fait campagne et dont on n'a pas vu les affiches». Malgré ces deux défections, les électeurs de cette circonscription avaient encore l'embarras du choix (18 autres candidats).

17h35:
Le taux d'abstention au premier tour des élections législatives s'établirait dimanche à 37%, plus fort niveau pour un premier tour de législatives sous la Vème République, selon une estimation CSA - CISCO.

17h: Le point sur le taux de participation

Score à Paris: 42,2%, en retrait par rapport au premier tour de 2002 à la même heure (46,2%), selon la préfecture de Paris.

Score national: 49,28%, contre 50,23% à la même heure lors du premier tour des législatives de 2002 et 73,63% au premier tour de la présidentielle le 22 avril, a annoncé la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

Dans le Nord
: 49,79% contre 47,5% en 2002

Dans le Pas-de-Calais: 46,14%% contre 49,93 en
2002.

Dans le Rhône: 43,66% contre 49,56 % au premier tour des législatives de 2002. C’est le taux le plus bas enregistré à 17 heures depuis 1988.

16h10:
Pour la présidentielle, les électeurs arrivaient par déferlantes. Là, c'est plutôt du goutte-à-goutte. 15 h 30, dans la salle climatisée du n°1 du Capitole. Il n'y a personne dans les isoloirs, juste une toulousaine et sa petite fille devant l'urne. «Nous en sommes en 334 votes sur 1033 inscrits. Ça fait 32,26 % de participation contre 60 % à 16 heures pour le deuxième tour de la présidentielle...», déplore Ginette Arias, la conseillère municipale UMP qui fait office de présidente. En cette journée caniculaire, les assesseurs comptent sur la vague des retour de week-end pour doper un
peu les statistiques en toute fin d'après midi. Mais, pour l'heure c'est dans un silence de cathédrale que Jean-Luc Forget, le candidat du MoDem sur cette première circonscription, entre dans la salle. «Alors ?». «Alors c'est calme». «Ça dépend vraiment des bureaux, remarque l'ancien bâtonnier. Ce matin, ça a bien voté à l'école Falguière». Accompagné de sa directrice de campagne, le candidat reprend sa tournée pédestre des 77 bureaux qui le concernent. Opposé au maire, Jean-Luc Moudenc (centriste-majorité présidentielle), et à la pharmacienne Catherine Lemorton (PS), l'avocat se refuse à un quelconque pronostic et n'a pas sélectionné de bureau test : «Je n'ai pas envie de me donner un coup de blues ou bien de m'emballer. On saura bien assez tôt...».

16h:
Saint-Denis basculera-t-elle? Pour le savoir, suivez le scrutin sur le blog de la ville.

15h50:
Bureau 272 des Trois-Ponts, quartier populaire de Roubaix. Les électeurs ont déserté ce bureau qui avait voté Royal à 70 % le 22 avril. «Beaucoup de jeunes qui ont voté pour la première fois aux présidentielles ne savent pas pour qui voter aujourd'hui», témoigne une assesseuse.

15h47:
Musique douce. Sur le parvis de la mairie de Wambrechies, près de Lille, des haut-parleurs attirent les électeurs en diffusant de la musique douce.

15h42:
Surprise ce matin pour Patrick Odiard, candidat des Verts dans la 4e circonscription de Lyon, où se présentent également Dominique Perben (UMP) et Najat Belkacem (PS). En effectuant sa tournée dans le 3e arrondissement, il s’est aperçu que les bulletins à son nom n’avait pas été disposés sur les tables avec les autres dans deux bureaux de vote. Ils avaient été oubliés dans un carton par les assesseurs. Les bulletins ont finalement été mis en place à 11 h 30. «L’incident a été consigné dans un procès verbal. Je me réserve le droit de faire un recours si le résultat est serré», a indiqué Patrick Odiard.

15h26
: Des vidéos de l'élection commencent à circuler sur Dailymotion. Elles ne sont pas forcément passionantes, passionantes...


2007-06-10-trajetbureaudevote
envoyé par onizucool



15h23
: François Mitterrand est mort. Enfin, son blog en tous les cas...

15h15
: Najat Belkacem, canndidate (PS) dans 4ème circonscription du Rhône, a voté. La preuve :


20070610nvbvotelegislatives
envoyé par volk_fr


15h
: La déprime. Plusieurs chefs de bureaux et assesseurs, dans le Vieux-Lille, à Roubaix centre et Roubaix-Est le concédaient à la mi-journée : la mobilisation des électeurs au scrutin législatif n'a rien à voir avec l'enthousiasme du premier tour de la présidentielle. Ainsi au bureau 160, à Roubaix, on ne relevait à la mi-journée que 135 votants contre 286 le 22 avril... «On avait la queue à l'isoloir au premier tour de la présidentielle, se souvient avec nostalgie la présidente. Rien de tel aujourd'hui.»

14h05 :
à Semur-en-Auxois, en Côte d'Or (Bourgogne), il n’y a pas un chat dans les bureaux de vote. Les assesseurs se lamentent : «Ce matin déjà, il n'y avait pas grand monde. Mais cet après-midi, vu le beau temps, les gens sont dans leur jardin. Et ceux qui ne sont pas dehors sont devant leur télé, à regarder Roland Garros»

13h28
: Jean-Louis Borloo vote à Valenciennes (Nord), dans une école du centre-ville. Le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Emploi a déposé son bulletin dans l'urne peu avant 13h. Il a brièvement discuté avec des habitants, et n'a fait aucune déclaration aux journalistes.

13h27
: Alain Juppé vote à l'école Albert Barraud dans la 2ème circonscription de Gironde où il est candidat. Le ministre de l'Ecologie et maire de Bordeaux est arrivé à vélo, avec sa femme et sa fille qui étaient également à bicyclette. En tenu décontractée, chemise blanche sur jean noir, il a glissé son bulletin dans l'urne, en présence de nombreux journalistes. Il a salué les électeurs et fait le tour de tous les bureaux de vote regroupés dans l'école. «On attend avec confiance», a-t-il simplement déclaré.

12h57 :
Tout sourire, Ségolène Royal offre le verre de l'amitié à ses sympathisants à Melle (Deux-Sèvres). Un peu avant, elle s'est promenée dans le centre de la ville après avoir voté.

12h45
: François Fillon, candidat UMP à l'élection législative dans la 4e circonscription de la Sarthe, vota dans son fief à Solesmes, où il n'exclut pas d'être mis en ballottage. «Il y a beaucoup de candidats dans cette circonscription qui a donné presque toujours une majorité à la gauche à l'élection présidentielle. Ce sera plutôt pour le deuxième tour». Portant un pantalon beige, une veste bleue foncée et une chemise bleue clair, le Premier ministre, accompagné de son épouse Penelope, a posé souriant et visiblement détendu devant les photographes. Il a serré la main à la cinquantaine de personnes présentes à la mairie de ce village de 1.400 habitants. Il a répété qu'un ministre échouant à l'élection législative devrait démissionner, s'appliquant cette règle à lui-même. «C'est une évidence, je ne vois pas comment on peut diriger le gouvernement de la France en n'ayant pas la confiance de ses électeurs», a-t-il dit, soulignant que c'était valable «pour tout ministre». Son principal concurrent, Stéphane Le Foll (PS), directeur de cabinet de François Hollande, avait voté vers 9h10 au Mans, se disant «inquiet» d'une participation plus faible qu'à l'élection présidentielle.

12h14
: Valéry Giscard d'Estaing vote dans la salle des fêtes à Chanonat (Puy-de-Dôme), commune de 1.500 habitants située à une dizaine de kilomètres de Clermont-Ferrand. L'ancien président de la République était accompagné de son épouse Anne-Aymone. Il portait une cravate aux couleurs du club de rugby auvergnat et n'a fait aucune déclaration à la presse mais s'est entretenu avec les électeurs et les assesseurs présents de la défaite du club de rugby de Clermont devant le Stade français en finale du Top 14, la veille au stade de France.

12h12
: La candidate du parti communiste de la 4e circonscription de Seine-Saint-Denis, Marie George Buffet, vote en fin de matinée à la mairie du Blanc-Mesnil. La secrétaire nationale du PCF est arrivée souriante, habillée d'une veste beige et d'un pantalon marron, accompagnée par le maire de la ville, Daniel Feurtet (PCF). Elle a uniquement pris son bulletin de vote avant de se diriger vers l'isoloir. «Confiante», elle pense que la participation sera «dans les mêmes eaux que 2002» mais «plus faible» que pour l'élection présidentielle.

12h08
: Marc-Philippe Daubresse, patron régional de l'UMP, et candidat à sa réélection dans la 4e circonscription du Nord, va voter deux fois aujourd'hui. Une fois ce matin, et une deuxième fois à 12h30 dans un bureau de l'école Rameau, pour honorer une procuration.

12h04
: Dominique Strauss-Kahn, député (PS) de la 8ème circonscription du Val-d'Oise, vote dans une école du quartier Sarcelles-village. «Si tous ceux qui sont venus voter pour la présidentielle reviennent voter, ça va aller dans ma circonscription», a-t-il estimé. «La vague bleue, elle déferle partout», a ajouté l'ancien ministre, qu'un Sarcellois a aussitôt interrompu: «Faut tenir bon, faut y aller, faut arrêter le Sarkoshow».

12h
: Le taux de participation au premier tour des élections législatives s'éleve à 22,56% à midi, contre 19,61% à la même heure lors du premier tour des législatives de 2002 et 31,21% au premier tour de la présidentielle le 22 avril.
A Paris en revanche, le taux de participation est de 16,22 %, soit en léger retrait par rapport au premier tour des législatives en 2002 (16,50%).
Dans le Rhône également, la participation est en baisse. 21,14 % des électeurs s’étaient déplacés à midi contre 22,66 % au premier tour des législatives en 2002 et 30 % en 1997 (32,9 % au premier tour de la présidentielle 2007)
Dans le Nord, la participation atteint 23,2 % contre seulement 17 % à la même heure au premier tour en 2002. Six points de progression donc que l'on ne peut pas attribuer qu'au temps maussade, puisque dans le Pas-de-Calais voisin, la participation s'élevait à 18,3 % à 11h45, contre 19,2 % il y a cinq ans.
En Loire-Atlantique, la participation est de 23,8%, soit nettement mieux que la participation au premier tour des législatives 2002 à la même heure(18,12%). Il y a un mois et demi, au premier tour des présidentielles, elle s’élevait à 27,91% dans le département.
En Haute-Garonne, le taux de participation s'établit à 21,27 % contre 16,69 % en 2002 et 38,69% le 22 avril dernier.
Dans la 1ère circonscription, annoncée comme la plus serrée, Catherine Lemorton, la candidate PS, a voté vers 8h30 à l'école Bayard. Son rival et maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc était à 10h30 à l'école de la Terrasse. Pour l’anecdote, il avait toujours ses béquilles qui le ralentissent depuis son accident de piscine dans les vestiaires du TFC. Dans l’ensemble de la région Midi-Pyrénées, ce taux est 23,86 % contre 20,11 % en 2002.

11h47
: Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, vote à Saint-Cloud, dans la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine. Sans cravate, en veste bleue et pantalon clair, il a glissé son bulletin dans l'urne peu après 11h dans un bureau de vote beaucoup plus calme qu'au premier tour de la présidentielle, les électeurs, comme les journalistes, étant beaucoup moins nombreux.

11h43
: Le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, vote à Tulle, en Corrèze. Souriant et plutôt détendu, il a salué comme à son habitude les électeurs qui faisaient la queue devant l'urne, embrassant les dames et serrant la main aux hommes. «Ma préoccupation, c'est que les Corréziens et les Français viennent voter», a-t-il indiqué aux journalistes. «Moi, ma crainte c'est toujours la démobilisation après la présidentielle, que les électeurs se disent on va attendre 2012». «Si ça vote, et je pense que la participation est pour l'instant plus que satisfaisante, nous aurons un résultat équilibré, c'est-à-dire conformes à ceux de l'élection présidentielle».

11h36
: Mauvais signe pour la participation. La Guadeloupe, qui a voté samedi, enregistre une abstention record de 65,87%, après un record de participation à la présidentielle. Situation analogue en Martinique (près de 65% d'abstention) et en Guyane (60%).

11h34 : Laurent Fabius vote dans son fief de Grand Quevilly, près de Rouen en Seine-Maritime. A l'école Charles-Perrault, l’élu de Seine-Maritime a estimé que «ça allait aller ici», n'envisageant cependant pas une élection au premier tour : «50% au premier tour, c'est difficile». Il a déclaré avoir «l'impression qu'il y a des arguments qui ont commencé à passer», notamment sur «le danger d'une constitution d'un pouvoir unique», mais a redouté un recul de la participation.

11h30
: Vandalisme sélectif. Francis Vercamer, candidat «Majorité présidentielle» dans la 7e circonscription du Nord, est «énervé» : des petits malins ont consciencieusement arraché toutes les affichettes rappelant son appartenance politique sur les panneaux à l'entrée des bureaux de vote. Non sans malice : Francis Vercamer, député UDF sortant investi par le MoDem, a retourné sa veste bayrouiste entre les deux tours de la présidentielle pour se réclamer de la majorité présidentielle. Mettant au passage en rage le MoDem nordiste.

11h25 : Le député-maire Verts de Bègles, Noël Mamère, glisse son bulletin dans une urne de l'école Paul-Langevin. Portant un blazer bleu marine sur une chemise rose, il a embrassé certains des assesseurs qu'il connaît et s'est inquiété du taux de participation, en baisse dans ce bureau de vote par rapport au premier tour de l'élection présidentielle. Il était accompagné de sa suppléante socialiste, Naïma Charaï.

11h
: Peu de monde au bureau de vote de la rue de Marseille, dans le Xème arrondissement de Paris. Les électeurs votent encore sous le portrait du Président Chirac. Le candidat Stéphane Rennesson n'a pas fourni les bulletins de vote : il a donc peu de chances d'être élu. La candidate UMP Lynda Asmani vient voter, accompagnée de son suppléant, Gérard Tobelem, et suivie d'un journaliste de Public Sénat. Gérard Tobelem est confiant et pense pouvoir «coller aux basques» du candidat PS Tony Dreyfus, dans une circonscription qui a largement voté pour Ségolène Royal au second tour de la présidentielle.

10h37 : L'unique bureau de vote d'Estreux (Nord), localité touchée par de fortes inondations dans la nuit de jeudi à vendredi, a été déplacé vers le haut du village. «Le vote a toujours lieu d'habitude dans la salle des fêtes, mais elle est inutilisable. On l'a déplacé vers l'école maternelle, qui est un peu plus en hauteur et qui n'a pas été beaucoup touchée», a expliqué l'adjoint au maire chargé des travaux, Michel Tempremant.

10h30:
Martine Aubry a voté dans le Vieux-Lille. Non sans se faire remarquer : la maire (PS) de Lille a réclamé une meilleure organisation, les deux bureaux de l'école Rousseau ayant été inversés. Une personne a été postée à l'entrée pour orienter les personnes âgées

8h15
: François Bayrou vote au bureau de vote numéro 53 du groupe scolaire des Lauriers à Pau. Affichant une certaine gravité, il a estimé devant la presse que «beaucoup de Français ont le sentiment que l'élection est jouée», alors que son résultat «appartient aux électeurs». Le chef du Modem a finalement espéré «une démocratie française qui puisse, au cours des cinq prochaines années, être ouverte, vigilante et constructive».

8h
: Les quelque 64.000 bureaux de vote de métropole ouvrent : 43,8 millions de Français sont invités à choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale parmi 7.639 candidats, dont 41,6% de femmes.
Répartis sur tout le territoire, les bureaux de vote sont ouverts de 8h à 18h dans la plupart des communes, et jusqu'à 19h, voire 20h, dans les grandes villes.