Maréchal-Le Pen: Jean-Marie Le Pen «s'enfonce dans un état d'esprit belliqueux»

REACTION La petite-fille balance sur son grand-père...

20 Minutes avec AFP

— 

La députée FN Marion Maréchal-Le Pen et son grand-père, Jean-Marie Le Pen, le 17 novembre 2013 à Paris, lors d'un meeting du parti
La députée FN Marion Maréchal-Le Pen et son grand-père, Jean-Marie Le Pen, le 17 novembre 2013 à Paris, lors d'un meeting du parti — BERTRAND GUAY AFP

La députée FN Marion Maréchal-Le Pen, interrogée ce mercredi sur la plainte de Jean-Marie Le Pen contre le parti qu'il a co-fondé, a jugé qu'il s'enfonçait «dans un état d'esprit belliqueux».

«Le gros de la crise est derrière nous», a assuré l'élue du Vaucluse sur Sud Radio, même si Jean-Marie Le Pen «s'enfonce dans un état d'esprit belliqueux, revanchard».

«Solution démocratique»

Mais pour elle, «en interne, tout le monde se satisfait de la solution démocratique, du vote des adhérents sur le statut du président d'honneur», vote par correspondance.

«Il n'y a pas eu de fracture chez nous», selon la petite-fille du fondateur du FN, qui a pris sa place en tête de liste du Front national en PACA pour les régionales de décembre. «Je ne l'ai pas vu depuis un moment», a-t-elle relevé.

Comme on lui demandait si elle souhaitait que sa tante et présidente de son parti Marine Le Pen se présente en région Nord-Pas-de-Calais/Picardie, elle a répondu: «Je n'aimerais pas être à sa place. Je comprends le dilemme qui est le sien: elle est la mieux à même de gagner cette région d'ailleurs encore plus gagnable que la PACA, mais je la comprends aussi parfaitement si elle ne veut pas se mettre quatre mois de campagne supplémentaires et se mettre dans un combat régional, alors qu'elle devrait prendre une hauteur nationale».