«Conformisme bruxellois»: Emmanuel Macron réplique sèchement à Arnaud Montebourg

POLEMIQUE Car  « Bruxelles,  c'est nous», insiste celui qui a succédé à Arnaud Montebourg au ministère de l'Economie...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron devant Arnaud Montebourg, son prédecesseur au ministère de l'Economie, lors de la passation de pouvoir à Bercy, le 27 août 2014.
Emmanuel Macron devant Arnaud Montebourg, son prédecesseur au ministère de l'Economie, lors de la passation de pouvoir à Bercy, le 27 août 2014. — Christophe Ena/AP/SIPA

Emmanuel Macron n’a pas du tout apprécié la tribune d’Arnaud Montebourg, son prédécesseur au ministère de l’Economie, publiée dimanche, en plein congrès du PS, qui pilonnait la politique économique du gouvernement.

e ministre de l’Economie Emmanuel Macron s’en est pris mercredi à une tribune de son prédécesseur Arnaud Montebourg et du banquier Mathieu Pigasse contre le « conformisme bruxellois » du gouvernement, en martelant « Bruxelles c’est nous ».

« Rien de nouveau sous le soleil »

« Quand on veut s’affranchir de ses erreurs on accuse les autres », a répliqué Emmanuel Macron ce mardi sur France Inter en réponse à ce texte virulent signé également par le banquier et l’un des propriétaires du Monde, Mathieu Pigasse. Dans ce texte, les signataires attaquaient le « conformisme bruxellois » n estimant qu'« hébétés, nous marchons vers le désastre ».

« Bruxelles, c’est nous, c’est un choix librement consenti par les Etats », a répété le ministre, qualifiant l’argumentaire de Montebourg et Pigasse de « vieux discours ».

« C’est le discours qu’on tient depuis 30 ans, qui consiste à dire quand les choses sont bien faites, nous nous le devons à nous (…), quand nous avons des problèmes, des contraintes, c’est l’affreux Bruxelles », a déclaré M. Macron, employant pour qualifier la tribune concernée la locution latine « Nihil novi sub sole », c’est-à-dire « Rien de nouveau sous le soleil ».