Le parti Les Républicains se penche sur les modalités de la primaire de 2016

PRIMAIRE Les Républicains ont acté la tenue d'une primaire avant la présidentielle de 2017, mais les modalités doivent encore être définies et les débats s'annoncent houleux...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy, président des Républicains, parti héritier de l'UMP le 8 juin 2015.
Nicolas Sarkozy, président des Républicains, parti héritier de l'UMP le 8 juin 2015. — AFP

Les Républicains se réunissent mardi soir pour leur premier bureau politique, consacré aux modalités de la primaire de 2016 qui inquiètent les futurs adversaires de Nicolas Sarkozy. A partir de 17h, la totalité du bureau politique, soit 120 personnes doivent se réunir au siège du parti, rue de Vaugirard. L'horaire a été avancé d'une heure pour permettre à François Fillon, qui réunit ses troupes en fin d'après-midi à la Maison de la Chimie, d'être présent.

Pas de doute sur la tenue d'une primaire

Au coeur de la réunion: la mise en place du comité d'organisation de la primaire, composé de quinze membres, qui sera dirigé par Thierry Solère, député de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et bras droit de Bruno Le Maire. La primaire en elle-même - une nouveauté à droite où la tradition était que l'homme fort du parti soit le candidat naturel à la présidentielle - a déjà été actée, lors d'un BP de l'UMP le 7 avril dernier. Les premières dispositions, incluses dans une «Charte d'organisation de la primaire», avaient été décidées, avant d'être définitivement validées par le congrès des Républicains, fin mai, lorsque les adhérents ont dit oui aux nouveaux statuts et au changement de nom du parti.

Les Républicains: Trois choses à retenir du grand raout de la droite

Une primaire ouverte à tous

Le scrutin se déroulera les 20 et 27 novembre 2016, sera ouvert à tout électeur inscrit sur les listes électorales, avec une participation de deux euros par votant. Le vote par procuration ne sera pas possible. Les électeurs seront invités à signer un texte indiquant «Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m'engage pour l'alternance afin de réussir le redressement de la France». La barre pour les parrainages a été fixée à 20 parlementaires et 250 élus répartis sur au moins 30 départements, et au moins 2.500 adhérents à jour de cotisation répartis sur un minimum de 15 départements. 10.000 bureaux de vote sont prévus. Les perdants doivent s'engager à soutenir le gagnant dans sa course à l'Elysée.

Primaire des Républicains: Pourquoi la répartition des bureaux de vote fait débat

Comment organiser le fonctionnement du comité

Voilà pour les modalités pratiques. Reste à «déterminer les principes d'organisation et de fonctionnement» du comité présidé par Thierry Solère, comme l'ont écrit dans une lettre adressée au président des Républicains trois candidats déclarés (Alain Juppé, François Fillon, Xavier Bertrand) et un quatrième qui ne le sera qu'en janvier prochain (Bruno Le Maire). «Nous sommes tous d'accord pour considérer que le temps du débat politique pour la primaire n'est pas venu (...) En revanche, nous pensons également qu'il est urgent de préciser les modalités d'organisation de la primaire, qui nécessiteront un important travail», affirment-ils, dans cette lettre datée du 4 juin. «Le bureau politique du 9 juin devrait être l'occasion de constituer formellement le comité d'organisation», précisait-il.

Sarkozy veut reconquérir la France «centimètre par centimètre»

Juppé pose comme condition l'ouverture au centre

Les quatre auteurs de la lettre veulent des assurances. Le maire de Bordeaux notamment avait lancé au lendemain du congrès des Républicains un avertissement sur les contours de la primaire, qui devra selon lui être ouverte au centre, faute de quoi il n'y participerait pas. «Juppé a raison d'être vigilant», avait affirmé Jean-Pierre Raffarin.