VIDEO. #DirectPolitique: Isabelle Le Callennec (LR) réclame la démission de Le Drian

POLITIQUE La députée de l’Ille-et-Vilaine, déléguée générale adjointe au projet du parti des Républicains, était l’invitée de « 20 Minutes », Linternaute.com et « Ouest-France » mardi 9 juin…

David Blanchard

— 

La députée Isabelle Le Callennec (à droite) sera l'invitée ce mardi de l'émission #DirectPolitique
La députée Isabelle Le Callennec (à droite) sera l'invitée ce mardi de l'émission #DirectPolitique — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

La députée de l’Ille-et-Vilaine, Isabelle Le Callennec, anciennement porte-parole de l’UMP, vient d’être promue déléguée générale adjointe du projet des Républicains, au côté d’Eric Woerth. Elle était l’invité de #DirectPolitique mardi 9 juin.

Comment construire un projet pour le parti, alors que chacun des candidats potentiels pour la future primaire présente des propositions de son côté ?

On a un défi majeur à relever mais on ne va pas réinventer la poudre. On va travailler sur tous les sujets. Cela va servir à faire remonter du terrain les attentes. Cela fait des années que dans ma famille politique je milite pour des conventions décentralisées. Qu’on se saisisse des sujets et qu’on fasse participer les Républicains. Chacun a le droit de défendre ses idées. Les réformes sont difficiles à conduire dans notre pays, c’est parce qu’il y a de la résistance à tous les étages. Là où nos candidats seront attendus c’est sur le comment ils vont le faire

Eric Woerth a déjà des idées arrêtées sur le projet à construire en matière économique et sociale. Diriez-vous comme lui que « les Français ne travaillent pas assez dans le monde compétitif qui les entoure » ? Faut-il supprimer les 35 heures ?

Il y a un vrai débat sur les 35 heures. La principale critique qu’on nous fait sur le terrain, c’est : « Vous avez dit que vous vouliez supprimer les 35 heures, que ne l’avez-vous fait ». Ce problème des 35 heures on l’a contourné. Il faut remettre l’entreprise au cœur de nos actions. La seconde chose oui, c’est il faut travailler plus : le travail amène le travail. On pense nous en effet qu’il faut que la durée du travail augmente. Si les gens travaillent plus ils sont en droit d’être rémunérés plus : c’était l’idée des heures supplémentaires défiscalisées.

Êtes-vous aussi favorable à un recul de la retraite à 65 ans, et à une fusion des régimes public et privé ?

Je suis pour qu’on recule l’âge légal de départ à la retraite, et pour une convergence des systèmes de retraite privée et publique. Il faut non pas léser, mais éviter qu’il y ait ce sentiment d’injustice. On recrée encore des régimes spéciaux à l’Assemblée nationale et au Sénat. Et il faut aussi améliorer les conditions de travail dans les entreprises.

Des internautes souhaitent une restriction du regroupement familial en matière d’immigration. Que leur répondez-vous ?

Quand on écoute les uns et les autres, c’est une idée qui est très majoritaire aux Républicains. Je suis favorable en termes d’immigration à ce qu’on ait chaque année un débat à l’Assemblée nationale, pour définir combien de personnes on est en mesure d’accueillir. Vous avez des filières d’immigration aujourd’hui qui ne sont pas maîtrisées. Il y a plus de naturalisations dans notre pays, plus de regroupement familial, sans compter l’immigration illégale.

Et sur le mariage pour tous ?

A titre personnel, je ne pense pas qu’on reviendra sur le mariage des personnes du même sexe. Là où il y a des débats chez nous, c’est sur la filiation. Je suis particulièrement attachée aux valeurs de la famille. On nous accusait de monter les Français les uns contre les autres, c’est exactement ce qui s’est passé [sur ce sujet]. En Irlande, il y a eu un référendum et cela s’est bien passé.

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, va se présenter aux élections régionales en Bretagne. Appelez-vous à sa démission dès le début de sa campagne ?

Oui, Le Drian doit démissionner. Depuis des mois il utilise les moyens de la Défense pour sa campagne. C’est ce que fait Mme Delga [elle va démissionner de son secrétariat au Commerce pour se consacrer à sa campagne en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon]. Pour M. Bartolone [président de l’Assemblée nationale et candidat en Ile-de-France], même chose. A l’hôtel de Lassay, il y a des allées et venues…