Publicité pour l'alcool: Le gouvernement ne veut pas changer la loi Evin

CONSOMMATION Un amendement à la loi Macron déposé par un élu des Républicains propose d'assouplir les pratiques en vigueur...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration alcool, bière.
Illustration alcool, bière. — KROD/WPA/SIPA

Claude Evin, inquiet, a semble-t-il été entendu. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a appelé lundi à «ne pas changer la loi» Evin encadrant la publicité pour l'alcool, qu'un amendement sénatorial pourrait assouplir.

«La loi Macron ne peut pas servir à détricoter les politiques de santé publique»

«Je veux dire mon incompréhension et ma préoccupation face à l'amendement qui remet en cause la loi Evin», a déclaré Marisol Touraine. «Le débat a eu lieu, dans le cadre de la loi de modernisation de notre système de santé, entre ceux qui souhaitaient durcir et ceux qui souhaitaient assouplir la loi Evin», a relevé la ministre. «Avec Stéphane Le Foll, nous avons fait le choix de l'équilibre: rien de plus, rien de moins». «C'est ce choix qui est aujourd'hui remis en cause», a-t-elle relevé en allusion à un amendement du sénateur Gérard César (Les Républicains, ex-UMP) visant à distinguer publicité et information sur l'alcool. Cette disposition est examinée ce lundi en commission à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la loi Macron, débattue en deuxième lecture. Mais pour Marisol Touraine, «la loi Macron ne peut pas servir à détricoter les politiques de santé publique».

«J'appelle chacun à prendre ses responsabilités, c'est-à-dire à ne pas changer la loi», a-t-elle conclu. Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, tout en se disant défenseur de la viticulture, s'était lui aussi prononcé lundi matin pour le statu quo sur la loi Evin, adoptée en 1991. L'auteur de la loi, l'ex-ministre PS de la santé Claude Evin, s'est dit «très inquiet» dans Le Parisien du dépôt de cet amendement, qui pourrait être retoqué lors de la deuxième lecture de la loi à l'Assemblée.