Non, La Poste ne s’apprête pas à licencier Olivier Besancenot

POLEMIQUE Dans l’émission PolitiqueS diffusée samedi sur LCP, l’ancien leader du NPA assure que son emploi de guichetier est menacé…

Vincent Vantighem

— 

Olivier Besancenot devant son bureau de Poste.
Olivier Besancenot devant son bureau de Poste. — Joel Saget AFP/Archives

« On partira en conflit. Je ne le fais pas pour mon emploi. Je le fais d’abord pour le service qu’on rend dans notre quartier. » Invité de Serge Moati, samedi, dans l’émission PolitiqueS sur La Chaîne Parlementaire, Olivier Besancenot a annoncé que son emploi était menacé à La Poste.

Invité à commenter l’actualité politique en général, l’ancien leader du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) a profité de la tribune qui lui était offerte pour révéler que trois emplois allaient être supprimés au bureau de Poste du XVIIIe arrondissement de Paris où il officie comme guichetier.

Pas de licenciement à La Poste

Repérée par Le Lab d’Europe 1, la petite sortie médiatique d’Olivier Besancenot méritait une vérification dont 20 Minutes s’est occupé. « Sur le bureau du XVIIIe arrondissement, nous avons constaté une baisse de fréquentation, assure ainsi un porte-parole de La Poste pour la région Ile-de-France. Nous avons donc présenté différents scénarios aux organisations syndicales. Mais rien n’a été décidé. »

Pour autant, l’ancien candidat à la présidentielle ne se retrouvera pas au chômage demain, si l’on en croit La Poste. « Il n’y a pas de licenciement chez nous. Certains postes sont parfois transférés dans d’autres bureaux. Mais si M. Besancenot veut rester dans son bureau, il y restera. »

Le groupe La Poste a embauché, en 2014, 4.500 personnes pour pallier le départ à la retraite de 9.989 personnes. Aujourd’hui, elle emploie 231.000 personnes en France.