VIDEO. Sarkozy et Juppé vont-ils jouer le remake du duel entre Chirac et Balladur de 1995?

POLITIQUE Par invectives interposées, les deux candidats de droite évoquent depuis ce week-end le duel de leurs illustres prédécesseurs pour mieux se distinguer…

Vincent Vantighem

— 

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors du congrès fondateur des Républicains le 30 mai 2015 à Paris
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors du congrès fondateur des Républicains le 30 mai 2015 à Paris — CHARLY TRIBALLEAU AFP

« Si je suis Balladur, qui est Chirac ? » Sur les ondes de RTL, ce mercredi, Alain Juppé a préféré en sourire. La pirouette qu'il avait déjà faite lundi dans les colonnes de 20 Minutes est habile. Car la question n’est pas évidente. Depuis ce week-end, Nicolas Sarkozy et le maire de Bordeaux ont ressorti des cartons poussiéreux le combat auquel se livrèrent leurs illustres prédécesseurs en vue de la présidentielle de 1995.

« Avec le résultat que vous connaissez… », a même lancé Nicolas Sarkozy sur le plateau de France 2, dimanche soir. Car, il y a vingt ans, Balladur soutenu par Sarkozy était largement favori des sondages avant de se faire battre par Chirac alors épaulé par Juppé. 20 Minutes a fait appel au politologue Thomas Guénolé pour passer les deux situations au comparateur.


Juppé-Sarkozy les nouveaux Balladur-Chirac ? par 20Minutes

Ligne politique : Sarkozy = Balladur/Juppé = Chirac

C’est le véritable point commun entre les deux situations. Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont le même profil idéologique qu’avaient, respectivement, Edouard Balladur et Jacques Chirac en 1995. « En matière d’économie, Sarkozy est libéral comme l’était Balladur, analyse Thomas Guénolé. Juppé, lui, tente de triompher par la gauche comme l’avait fait Chirac en 1995. » Et oui, entre deux pommes, l’élu de Corrèze avait emporté le morceau en dénonçant la fameuse « fracture sociale ».

Sondages : Sarkozy = Chirac/Juppé = Balladur

Sur le point de la popularité, c’est l’inverse de la situation précédente. Alain Juppé, comme Balladur en 1995, surfe sur une cote de confiance solide. Crédité de 68 % de bonnes opinions, selon l’enquête Ifop/Fiducial de mai pour Paris-Match, le maire de Bordeaux devance de plus de 25 points son opposant en vue de la primaire à droite. Lequel aime rappeler que, s’il n’a pas l’opinion, il a le parti comme l’avait… Chirac en 1995.


Parcours : Juppé ≈ Balladur/Sarkozy = personne

Sarkozy était le lieutenant de Balladur ; Juppé, celui de Chirac. Sur ce point-là, il n’y a pas de discussion possible. Pour autant, les héritiers n’ont pas le même parcours que leurs aïeuls. Certes, Alain Juppé a fait l’ENA comme Edouard Balladur. Mais, lui, n’a pas hésité à descendre dans l’arène politique à 33 ans pour devenir député des Landes quand Balladur a attendu la cinquantaine bien tassée pour se présenter dans une circonscription du 15e arrondissement de Paris bien à droite. Sarkozy, lui, n’a pas fait l’ENA, contrairement à Chirac. Et il aime rappeler qu’il s’est construit seul, à la force du poignet, en montant les marches d’un parti de droite qu’il avait intégré… à 18 ans.