Jacob accuse Bartolone de chercher des «clashs devant les caméras»

POLÉMIQUE Le président de l’Assemblée nationale avait réagi à la « liste noire » de personnalités interdites en Russie…

20 Minutes avec AFP

— 

Le député UMP Christian Jacob à l'Assemblée nationale le 27 janvier 2015
Le député UMP Christian Jacob à l'Assemblée nationale le 27 janvier 2015 — Bertrand Guay AFP

Christian Jacob (Les Républicains) a reproché mardi au président de l’Assemblée Claude Bartolone (PS) d’avoir cherché « des clashs devant les caméras » en menaçant de boycotter une visite parlementaire en Russie si Bruno Le Roux, placé sur une « liste noire » par Moscou.

Ladite visite est prévue à l’invitation de la Douma, le parlement russe, dans le cadre des activités de la Grande commission parlementaire France-Russie, organe permanent commun à l’Assemblée nationale et à la Douma composé de parlementaires des deux assemblées.

S’il a trouvé « pas acceptable que des parlementaires français ne puissent y participer », M. Jacob a jugé lors d’une conférence de presse que « le président de l'Assemblée (et je pense que c'est une erreur) veut faire une opération de communication en disant "Je vais conduire moi-même la délégation de la grande commission France-Russie (alors qu'il n'avait pas prévu d'y aller), je vais emmener Bruno Le Roux et on va voir ce qu'on va voir" ».

« Clashes » et « spectacle »

Convaincu que « ce n’est pas de cette manière qu’on doit réagir, en cherchant à faire des clashes devant les caméras », des « numéros de spectacle », le chef de file des députés ex-UMP a conseillé à M. Bartolone de « prendre contact avec le président de la Douma pour lui dire que ce n’est pas le gouvernement russe qui désigne les membres d’une délégation conduite par le président de notre assemblée ».

L’élu de Seine-et-Marne a aussi suggéré « qu’on repousse la date de cette grande commission tant que ce sujet (de la présence ou non de Bruno Le Roux) n’est pas réglé ».