Congrès des Républicains: Philippot tacle Sarkozy

POLITIQUE Sur Europe 1, le vice-président du Front National a estimé que Nicolas Sarkozy était «un homme du passé»...

20 Minutes avec AFP

— 

Florian Philippot, vice-président du FN le 18 ai 2015.
Florian Philippot, vice-président du FN le 18 ai 2015. — WITT/SIPA

Nicolas Sarkozy a prononcé «un discours miroir» qui reflétait «ses trahisons» et «ses échecs», a déclaré dimanche le vice-président du Front national, Florian Philippot pour qui le nouveau nom de l'UMP, «Les Républicains», n'est qu'un «joujou marketing».

«Quand il a attaqué la gauche, on avait le sentiment qu'il s'attaquait lui-même, par les termes qu'il employait. C'était un discours miroir. On y voyait le bilan de Nicolas Sarkozy par toutes ses trahisons, toute son inaction, tous ses échecs, toutes ses promesses cent fois réitérées encore hier mais cent fois trahies depuis au moins 2002», a déclaré Florian Philippot sur Europe 1.

Pour lui Sarkozy n'a pas changé

«Nicolas Sarkozy est l'homme qui a fait autant d'immigration que François Hollande aujourd'hui. L'homme qui a fait 600 milliards de dettes, l'homme qui devait être président du pouvoir d'achat et qui a effondré le pouvoir d'achat des Français, l'homme du traité de Lisbonne qui a enchaîné notre souveraineté nationale à l'Europe fédérale, l'homme qui a ouvert des chapitres de négociation avec la Turquie pour son entrée dans l'Union européenne», a accusé le député européen.

«On a bien vu qu'il n'y avait rien de changé. On a changé le nom, au passage on fait un petit clin d'oeil aux Etats-Unis, ça signifie l'obsession américaine de Nicolas Sarkozy. Il a un nouveau joujou marketing qui est le mot République, Républicains, qu'il emploie à toutes les sauces, mais c'est totalement vidé de sens», a abondé Florian Philippot, relevant au passage les «copieuses huées contre Alain Juppé et François Fillon».

Le vice-président du FN a dit assumer son tweet produit samedi soir:

 

 

«Après l'UMPS, voilà l'RPS. L'herpès. C'est très bien, ça veut dire ce que ça veut dire. A la fois, ça signifie la collusion entre les deux et en même temps ça a un effet désagréable pour la France, ces gens-là. En même temps cela se soigne très bien, ce qui est bon signe».