L'UMP remporte une bataille avec «Les Républicains», pas la guerre

JUSTICE A quatre jours d’un congrès refondateur, la justice a autorisé le parti de droite à utiliser le nom de « Républicain », pour l'instant…

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy lors d'un meeting le 22 mai 2015.
Nicolas Sarkozy lors d'un meeting le 22 mai 2015. — Pascal Fayolle/SIPA

La justice a permis à l’UMP de se rebaptiser « Les Républicains ». Tout du moins, pour le moment… Saisi en urgence par quatre associations et partis de gauche et 143 particuliers, dont cinq portant le nom de famille Républicain, le tribunal des référés de Paris a autorisé ce mardi le parti de Nicolas Sarkozy d’utiliser ce nom.

Poursuite de la procédure

Le tribunal de grande instance de Paris « constate que le trouble manifestement illicite et le dommage imminent ne sont démontrés sur aucun des fondements », s’est félicité ce mardi Daniel Fasquelle, le trésorier du parti, présent au Palais de Justice de Paris.

Mais la partie est loin d’être finie. Les plaignants ont en effet la possibilité de faire appel de cette première décision pour « apporter la preuve du préjudice direct personnel que subissent les institutions, les particuliers, les citoyens que nous représentons », a précisé Christophe Lèguevaques, un des avocats portant la plainte, qui devait s’entretenir avec ses collègues et clients avant d’officialiser un tel recours en appel.

Selon eux, le trouble est manifeste puisque, « nous sommes républicains de par l’article premier de la Constitution », qui stipule que « la France est une République indivisible », « et là, deux tiers de la population se trouvent exclus ». Mais il n’est toutefois pas évident qu’une telle procédure puisse intervenir avant la tenue du congrès « fondateur » qui doit suivre samedi le vote des militants, appelés à se prononcer jeudi et vendredi sur les nouveaux statuts et le nom du parti.

« Que dans un an, un an et demi au mieux »

L’avocat a par ailleurs réitéré leur intention d’engager une action judiciaire au fond, qui prendrait toutefois de longs mois. « Les Républicains ce sont tous les Français et aucun parti quel qu’il soit n’a le droit de se l’approprier », a-t-il insisté.

« La devise de notre République c’est Liberté, Égalité, Fraternité. Eh bien aujourd’hui c’est la liberté qui triomphe, la liberté pour l’UMP de pouvoir choisir son nom, Les Républicains. Bien évidemment il ne s’agit pas d’exclure qui que ce soit et demain ceux qui ne sont pas membres de notre mouvement pourront se considérer républicains », a rétorqué tout sourire le trésorier de l’UMP qui affiche sa confiance face au double risque juridique d’un appel éventuel et d’une procédure au fond.
 

D’ici là, « nous aurons changé de nom, et ça n’interviendrait de toute façon que dans un an, un an et demi au mieux », relève avec satisfaction Me Rémi-Pierre Drai, un des avocats de l’UMP.