Congrès PS: Les militants choisissent la ligne de leur parti ce jeudi soir

POLITIQUE Les résultats ne seront connus que vendredi dans l'après-midi...

20 Minutes avec AFP
— 
Les membres du Parti socialiste votent avant le Congrès, le 21 mai 2015.
Les membres du Parti socialiste votent avant le Congrès, le 21 mai 2015. — JEFF PACHOUD / AFP

Les militants socialistes votent ce jeudi soir sur la ligne de leur parti, choisissant entre quatre textes programmatiques avant le congrès du PS à Poitiers en juin, un vote censé définir l’attitude du Parti vis-à-vis de l’exécutif d’ici à 2017.

Le vote a démarré à 17h dans les quelque 3.200 sections, où sont conviés à voter d’ici 22h les 131.000 militants « actifs » du parti. Les résultats définitifs ne devraient être connus au plus tôt que vendredi en fin d’après-midi. De premières tendances pourraient émerger dans la nuit de ce jeudi à vendredi, selon le PS.

>> Cinq questions sur le Congrès du Parti socialiste

La participation reste la grande inconnue. « 80.000 militants, ce sera satisfaisant, si on est à 70.000, ça sera raisonnable. En dessous, ça risque d’être vraiment embêtant », commente sans illusion un responsable socialiste.

Quatre « motions » sont en lice. Le 28 mai, les militants socialistes devront départager les premiers signataires des deux motions arrivées en tête : le vainqueur sera le premier secrétaire.

Jean-Christophe Cambadélis (motion A), désigné à la tête du parti uniquement par son Conseil national ou « parlement » au moment de l’exfiltration d’Harlem Désir vers le gouvernement, espère cette fois-ci être adoubé par les militants.

Toujours soucieux de rassemblement dans un parti tiraillé sur son attitude à l’égard du gouvernement, le premier secrétaire est parvenu à obtenir le soutien de la quasi-totalité des ministres, le Premier d’entre eux Manuel Valls inclus, ainsi que de Martine Aubry, l’ancienne numéro un du parti, qui fut pourtant souvent critique du gouvernement depuis 2012. La maire de Lille s’est montrée cependant bien discrète lors de la campagne.

« Des résistances à la transparence »

Fort de ces soutiens, il ambitionne d’arriver en tête. « J’espère qu’il y aura le maximum de votants (…) Si ma motion est majoritaire, c’est bien, si elle est majoritaire absolue, c’est parfait », a indiqué Jean-Christophe Cambadélis en arrivant au bureau de vote de sa section.

Dans un entretien au Parisien, jeudi, le député de Paris a souhaité que le PS aille « vers un parti de masse », estimant aussi qu’il fallait « que les militants socialistes se tournent vers les Français et arrêtent de se regarder le nombril ».

Le Premier ministre, Manuel Valls, en déplacement en Allemagne, a voté ce jeudi vers 20h45 à Munich à la section des Français de l’étranger, au terme de sa journée de déplacement en Bavière.

Les trois autres motions espèrent réunir plus de 50 % à elles trois, ce qui porterait un coup sérieux à la crédibilité et l’audience de la motion A… et donc du gouvernement.

La motion B, menée par le député Christian Paul, est soutenue par la gauche du parti et les « frondeurs », qui ont donné de la voix contre l’orientation selon eux trop libérale de l’exécutif.

« Je ne fais aucun pronostic (…). Il y a trois mois, on nous disait que c’était un congrès écrit d’avance, que tout était joué et aujourd’hui, c’est exactement le contraire », a déclaré Christian Paul.

Interrogé à sa sortie du siège du PS, rue de Solférino à Paris, Christian Paul a évoqué « des résistances à la transparence » dans le déroulement du scrutin, tout en assurant que des rectifications étaient en cours. « C’est dans la soirée que je vous dirai, après l’avoir vérifié, si ce scrutin se déroule dans de bonnes conditions », a-t-il ajouté.

« Certains militants ont pu partir sur la pointe des pieds »

Sauf surprise de taille, la motion B devrait arriver en deuxième position.

Se voulant la « troisième voie », Karine Berger soutient le gouvernement tout en voulant se démarquer à la fois des textes A et B. Elle souhaite une réorganisation complète du parti.

« On est tous très prudents parce que l’on sait que certains militants ont pu partir sur la pointe des pieds. C’est quelque chose qui se concrétisera ou pas dans les jours qui viennent, dans le vote. On espère que le parti est beaucoup plus mobilisé que beaucoup ne le craignent », développe-t-elle.

Selon une personnalité de la motion A, la motion D de Karine Berger va « fédérer le ni-ni, mais c’est tout. Cela ne peut faire plus de 10-12 % ».

Enfin Florence Augier, première signataire de la motion C, veut défendre « les militants de terrain » et s’inquiète d’une « forte défiance vis-à-vis du parti ».