Les nouveaux ministères s’installent

Pierre Koetschet

— 

Nicolas Sarkozy a entamé de nouveaux entretiens avec les partenaires sociaux, vendredi, en promettant de ne pas "intervenir" dans les négociations déjà en cours, selon le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly, qui s'est dit "rassuré sur la méthode".
Nicolas Sarkozy a entamé de nouveaux entretiens avec les partenaires sociaux, vendredi, en promettant de ne pas "intervenir" dans les négociations déjà en cours, selon le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly, qui s'est dit "rassuré sur la méthode". — Christophe Ena AFP/POOL

Un redécoupage sensé marquer «la volonté d'insuffler une nouvelle dynamique» à la politique gouvernementale. «L'idée du président de la République et du Premier ministre est de figer, dans une loi organique, la nouvelle architecture des ministères. Cela pourrait se faire dans un an», a indiqué Christine Albanel alors que les décrets définissant ou modifiant les attributions des ministres ont été présentés mercredi par François Fillon au conseil des ministres.

Principale innovation, le nouveau ministère de l'Immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du codéveloppement qui «prépare et met en oeuvre l'action du gouvernement en matière d'immigration, d'asile, d'intégration des populations immigrées, de promotion de l'identité nationale et de codéveloppement.» Brice Hortefeux récupère notamment la gestion de l’Office français des réfugiés et apatrides (Ofpra) qui gère l’accueil des demandeurs d’asile.

Il cogèrera par ailleurs avec Bernard Kouchner la délivrance des visas et l’Agence française de développement.

Du lourd pour les poids lourd

Jean-Louis Borloo voit, lui aussi, son périmètre s’étendre. Bercy «exerce, outre ses responsabilités traditionnelles en matière économique et financière, les attributions relatives à la défense et à la promotion de l'emploi et à la formation professionnelle».

Autre poids lourd, Alain Juppé a un périmètre d’action presque sans limites: il «prépare et met en œuvre la politique du gouvernement dans les domaines du développement durable et de l'environnement, de l'énergie et des matières premières, de la sécurité industrielle, des transports et de leurs infrastructures, de l'équipement, de l'aménagement foncier et rural, de l'urbanisme, de l'aménagement et du développement du territoire et de la mer, à l'exception de la pêche», qui reste à Christine Lagarde, ministre de l’Agriculture.