PS: Cinq questions sur le congrès de Poitiers avant le vote des militants jeudi

SOCIALISTES La campagne pour le congrès socialise prend fin cette semaine, alors que quatre motions s'affrontent...

O. G. avec AFP

— 

Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire général du PS le 11 avril 2015.
Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire général du PS le 11 avril 2015. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Dernière ligne droite pour Cambadélis en quête de légitimité. La campagne pour le congrès du PS à Poitiers s’achève cette semaine avec le vote jeudi des militants sur quatre textes programmatiques, avant un vote la semaine suivante pour la direction du parti. Le tour de ce congrès sans suspens en cinq questions.

Qui représentent les quatre motions?

Quatre motions sont en lice pour ce congrès qui se tiendra du 5 au 7 juin à Poitiers : la motion (A) de Jean-Christophe Cambadélis, soutenue et signée par le gouvernement ; le texte (motion B) des frondeurs et de l’aile gauche, emmenés par le député Christian Paul ; la motion D « non alignée », animée par la députée Karine Berger ; enfin une motion C autoproclamée « militante » de terrain dont la première signataire est une secrétaire nationale, Florence Augier.

Quant les militants vont-ils voter?

Les militants ont rendez-vous jeudi de 17h à 22h dans chacune des quelque 3.200 sections pour voter. Le 28 mai, ils se prononceront sur le premier signataire des deux motions arrivées en tête le 21 mai, le vainqueur devenant le premier secrétaire du parti. Les résultats et ses conséquences sur les instances du parti seront entérinés à Poitiers.

Quand se tient le prochain grand débat?

Entre les ponts du mois de mai, la campagne a été peu visible, mais les protagonistes ont enchaîné présentations des textes, débats entre les quatre motions dans la plupart des 101 fédérations de France, « cafés participatifs » etc. Mardi soir se tient à la Mutualité celle de la fédération de Paris, où doivent débattre, comme il est de tradition, les quatre premiers signataires.

Quels sont les enjeux du vote?

Jeudi, chacun des protagonistes a tout intérêt à réaliser le plus gros score possible. Pour Jean-Christophe Cambadélis, et indirectement, pour François Hollande et pour Manuel Valls - lequel a signé personnellement le texte - il s’agit d’être en mesure, vendredi après la publication des résultats, de revendiquer un PS le plus légitimiste possible à moins de deux ans de la présidentielle, et alors que les affrontements internes entre socialistes ont marqué débats et textes de lois depuis trois ans. Pour Jean-Christophe Cambadélis, élu par le seul parlement du parti mi-avril 2014 après l’éviction de son prédécesseur Harlem Désir, il s’agit d’obtenir l’adoubement des militants.

De leur côté, les « frondeurs » et l’aile gauche, qui revendiquent d’être les derniers défenseurs du programme du candidat Hollande de 2012, entendent démontrer qu’ils représentent la majorité du PS.

La députée Karine Berger, qui soutient le gouvernement mais réclame de revoir tout le parti et son fonctionnement, peut récupérer les voix de ceux ne se reconnaissant pas dans les deux premiers camps. Florence Augier, pour sa part, ambitionne d’alerter et de secouer un PS pas assez diversifié.

Par ailleurs, ce congrès intervient alors que le Parti socialiste, qui a subi quatre déroutes électorales (municipales, européennes, sénatoriales et départementales) en un an, connaît une érosion de ses effectifs : de 170.000 militants fin 2013, il est passé à 131.000 à jour de cotisations, auxquels s’ajoute un fichier de 28.000 adhérents non à jour mais pouvant encore le faire le 21 mai.

Quelles sont les véritables différences entre les quatre motions?

Sur le fond, les quatre motions se rapprochent sur les valeurs républicaines, le rassemblement de la gauche, les notions d « 'égalité réelle » ou d'« écosocialisme », mais divergent sur certains points d’économie, les orientations européennes, le soutien au gouvernement ou la question de désigner ou non le candidat pour 2017 par une primaire.

Mais la motion A, celle de Cambadélis, a reçu le soutien du gouvernement… mais aussi celui de Martine Aubry. En effet, Manuel Valls, en « chef de la majorité », s’est impliqué personnellement en allant défendre la motion A du côté de Bordeaux. Martine Aubry, qui après avoir laissé planer le doute, avait rejoint la « motion Camba » en avril, a aussi tenu meeting en Seine-Saint-Denis.