VIDEO. Consacrer la première convention des Républicains à l'islam, une «mauvaise idée» pour NKM

POLITIQUE «Cette question, ce n'est pas le seul sujet», estime la vice-présidente de l'UMP...

M.C. avec AFP

— 

Nathalie Kosciusko-Morizet sur BFMTV le 10 mai 2015.
Nathalie Kosciusko-Morizet sur BFMTV le 10 mai 2015. — BFMTV

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, «la question religieuse prend trop de place dans le débat public». La vice-présidente de l'UMP a estimé dimanche sur BFMTV que la première convention des Républicains soit consacrée à l'islam le 11 juin était une «mauvaise idée».

Le futur nom de l'UMP, Les Républicains, n'emballe pas les sympathisants

«Je trouve qu'avoir l'air de dire que le premier sujet pour cette formation politique, c'est l'islam et la République, c'est une mauvaise idée. Parce que cette question ce n'est pas le seul sujet», a expliqué NKM, qui «pousse pour que la première convention, le premier rendez-vous thématique soit sur les questions d'économie, d'esprit d'entreprise et d'emploi».

«Ce qui est important, c'est que tous les enfants soient à la même table»

Pour la numéro deux de l'UMP, «la question des identités est importante, mais les questions économique, de possibilité de réussir sa vie, de trouver un emploi, de nourrir sa famille, elles sont importantes aussi».

Elle a par ailleurs estimé que «la possibilité d'avoir plusieurs menus à l'école n'est pas un drame, c'est plutôt une bonne chose». «En revanche, a-t-elle dit, ce qui est important, c'est que tous les enfants soient à la même table». «Je ne voudrais pas qu'on aille à des menus confessionnels ou à des tables avec porc ou des tables sans porc, parce qu'il y aurait une identification de fait à partir de la religion».

Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy avait annoncé l'organisation d'«une journée de travail sur la question "islam en France ou islam de France"». «On ne peut pas continuer à utiliser le mot "intégration", il faut utiliser le mot "assimilation"», avait lancé Nicolas Sarkozy à cette occasion. Il s'est prononcé par la suite en faveur d'une interdiction des menus de substitution dans les cantines scolaires.